Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Née dans le Cloud, la troisième voiture autonome d'Akka technologies sera capable d'apprendre

Akka Technologies expose au Mondial de Paris la seconde génération de Link&Go, son prototype de voiture autonome pour la ville du futur. La troisième phase du projet est déjà lancée : la prochaine Link&Go sera dotée d’un système de motorisation innovant et de nouveaux services.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Née dans le Cloud, la troisième voiture autonome d'Akka technologies sera capable d'apprendre
Née dans le Cloud, la troisième voiture autonome d'Akka technologies sera capable d'apprendre © Frédéric Parisot

Le prototype Link&Go avait été dévoilé au salon de Genève en 2013. Il revient au Mondial de Paris, alors même que les ingénieurs d’Akka Technologies planchent déjà sur la troisième génération de ce concept de véhicule autonome. Une troisième génération qui embarque une motorisation innovante, appelée MSD pour Moteur-Suspension-Directif. Placé sur chacun des deux essieux, il s’agit de moteurs électriques qui intègrent la suspension et la commande de direction dans un encombrement réduit. "Avec ses quatre roues indépendantes, la prochaine génération pourra tourner sur elle-même et se garer en latéral", assure Philippe Aubry, le directeur technique d’Akka Technologies.

Vers la voiture intelligente

Dès le début du projet en 2009, Akka Technologies voulait faire de la Link&Go une vitrine des technologies à embarquer dans les véhicules urbains du futur. Si les deux premiers modèles étaient déjà communicants, la troisième génération ira plus loin en termes d’intégration dans la ville et de services proposés. "Au-delà de la fonction de conduite autonome, nous voulons que Link&Go apporte à ses occupants des services intelligents, commente Philippe Aubry. Elle sera une machine capable d’apprendre, donc elle vous reconnaîtra, et selon l’heure qu’il est par exemple elle pourra vous proposer de vous emmener au travail ou ailleurs. En fonction de l’expérience acquise, et des informations de contexte puisées sur le Cloud, elle sera capable de s’améliorer." On se prend à rêver d’une voiture dotée d’une véritable intelligence artificielle, mais la Link&Go reste un concept-car : les technologies sont prévues pour être applicables d’ici 10 à 15 ans.

Conception collaborative

Le projet Link&Go a été pour Akka l’occasion d’améliorer en interne ses processus de développement. Le prestataire d’ingénierie a en effet conclu un accord de partenariat avec l’éditeur Dassault Systèmes. "Nous avons fourni notre plate-forme collaborative 3D Experience qui permet aux ingénieurs de travailler en mode collaboratif.", précise Olivier Sappin, responsable de la division Transports et mobilité chez Dassault Systèmes. Grâce à elle, Akka Technologies a pu associer au projet des ingénieurs de différents pays et de différentes cultures, s’assurant ainsi de capter un maximum d’idées innovantes au sein de ses équipes. Enfin, Akka a choisi la version “Cloud” de la plate-forme 3D Experience, lancée par Dassault Systèmes en février dernier. "Une première pour un projet automobile d’envergure, note Olivier Sappin. L’un des avantages de cette solution, ce sont des temps d’installation extrêmement réduits : il n’y a aucune installation, aucune configuration ni personnalisation. Akka a eu simplement à ouvrir la plate-forme, charger les données du prototype précédent, et au bout d’une demi heure les ingénieurs pouvaient commencer à travailler." D’ordinaire, installer une solution de conception collaborative à l’échelle d’un grand groupe est une affaire de semaines, voire de mois…

Frédéric Parisot

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media