Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Netvibes veut aider les entreprises à extraire de l'intelligence de leurs objets connectés

[ACTUALISE] Netvibes ajoute la gestion des objets connectés à son tableau de bord du web. Une évolution logique pour ce spécialiste français du "monitoring d'informations" né en 2005.
mis à jour le 04 juin 2015 à 11H27
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Netvibes veut aider les entreprises à extraire de l'intelligence de leurs objets connectés
Netvibes veut aider les entreprises à extraire de l'intelligence de leurs objets connectés © Netvibes

Actualisation du 4 juin : la dernière version du "Dashboard of things" est en ligne : elle est désormais accessible au grand public. Des nouveaux objets, comme le thermostat Nest ou la station météo Netatmo et le Flower Power de Parrot, sont disponibles.

Dix ans après sa création, Netvibes prend le virage de l'internet des objets. Une évolution naturelle, plutôt qu'une révolution, pour ce spécialiste de l'agrégation d'informations né en 2005, racheté par Dassault Systèmes en 2012, qui compte aujourd'hui une quarantaine de salariés. Le tableau de bord intelligent introduit en 2008, qui permet d'agréger et d'analyser des données web, intègre désormais un "dashboard of things". Cette nouvelle fonctionnalité est ouverte depuis quelques semaines aux clients professionnels payants de Netvibes, et sera prochainement étendue aux 6 millions d'utilisateurs grand public (via le site vitrine gratuit).

Pour Netvibes, cette évolution ouvre l'ère du "web programmable" permettant de bâtir des ponts entre applications web, réseaux sociaux et objets connectés. Une mue qui fait irrémédiablement penser au service américain IFTTT (If this Then That) dont Netvibes reprend le principe des "recettes", rebaptisées "potions". Il s'agit là aussi de chaines d'événements permettant d'automatiser certains processus : si tel capteur s'active, des actions et interactions se déclenchent.

Des algorithmes pour générer de l'intelligence

Là où Netvibes veut se démarquer, c'est dans l'aspect "intelligence" et la puissance d'analyse. "La notion de monitoring n'a de sens que si l'on y ajoute la dimension 'intelligence', afin d'automatiser des règles intelligentes de prise de décision, juge Stéfan Lechère, directeur du développement Europe de Netvibes. La question-clé à se poser c'est 'qu'est ce qu'on fait de cette information ? Comment la partager, certes, mais surtout comment générer de la valeur et du business'". Netvibes va accompagner ses clients au cas par cas pour répondre à leurs besoins spécifiques. Mais dans les prochains mois, il ouvrira des API (interfaces de programmation) pour que chacun puisse créer des potions personnalisées.

Vu le profil des clients de Netvibes partout dans le monde – plutôt des agences média, sociétés de conseil en analyse de risques, en gouvernance, services de veille, d'intelligence – les usages marketing et communication seront certainement privilégiés, notamment dans le e-commerce. Mais Netvibes ne s'interdit pas de travailler avec des clients industriels, notamment pour les aider à digitaliser leur chaîne de production et leur logistique. Sur ce terrain, il devra batailler avec une multitude de services similaires, orientés B2B ou B2C, et les agences spécialisées. Mais le français veut s'appuyer sur la puissance de ses algorithmes, développés et enrichis grâce à des synergies avec d'autres branches de Dassault Systemes, pour s'imposer.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media