Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

New York City interdit à son tour les magasins et restaurants sans espèces

Le New York City Council a promulgué une série d’amendes à l’encontre des commerces qui n’acceptent pas ou plus les paiements en espèces. Une réglementation qui pose question à l’heure où Amazon a fait de la Grosse Pomme son nouveau terrain de jeu, avec 8 Amazon Go déployés dans Manhattan.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

New York City interdit à son tour les magasins et restaurants sans espèces
New York City interdit à son tour les magasins et restaurants sans espèces © Amazon

Après Philadelphie, San Francisco et l'État du New Jersey, c'est au tour de New York City. Le New York City Council, sorte de conseil municipal de la mégalopole, a entériné le 24 janvier l’interdiction des commerces ne permettant pas le paiement en espèces. Sont concernés les commerces de vente au détail et de restauration. Soutenu par le maire, Bill de Blasio, ce texte devrait entrer en vigueur dans 9 mois. "Les entreprises physiques n'auront plus le droit de refuser de l'argent liquide et de discriminer les clients qui n'ont pas accès aux cartes de crédit et de débit", a déclaré Ritchie Torres, l’élu démocrate qui a porté ce projet de loi.

 

Le texte prévoit des amendes pour les enseignes qui ne proposeraient pas à leurs clients la possibilité de régler leurs achats en espèces : jusqu'à 1 000 dollars lors de la première infraction et jusqu'à 1 500 dollars pour chaque infraction suivante. A noter que cette interdiction ne concerne pas les commerces auprès desquels les transactions ont été effectuées entièrement en ligne, comme dans le cadre d'une commande "ClickAndCollect", par exemple.

 

le cash, accepté chez Amazon Go mais...

Depuis 2019, certaines villes américaines ont décidé d’interdire ces fameux "cashless store". Raison invoquée : ces magasins excluent les personnes non bancarisées et pratiquent de fait une forme de discrimination vis-à-vis des clients utilisant d’autres moyens de paiement. Ils excluent également les clients ne souhaitant pas régler leurs achats avec leurs téléphones via des porte-monnaie numériques comme Apple Pay et Google Pay.

 

Cette mesure est par ailleurs susceptible de contrarier les projets des grandes plates-formes numériques, en particulier ceux d’Amazon. Le géant américain, qui a lancé en 2018 son concept entièrement automatisé, Amazon Go, a dû revoir sa copie en réintroduisant progressivement les espèces. Si aujourd'hui elles ne sont pas bannies des moyens de paiement, elles sont synonymes pour le client d’un véritable chemin de croix. Pour payer en espèces, le client doit contacter en entrant un responsable Amazon Go, choisir ses produits, et régler à une caisse prévue à cet effet, toujours accompagné d’un vendeur.

 

Amazon a fait de la Grosse Pomme son nouveau terrain de jeu, avec huit Amazon Go déployés dans Manhattan en quelques mois. La promulgation d’un tel texte a pour conséquence d’obliger les enseignes à s’équiper de caisses dédiées aux espèces, et à conserver le personnel pour assister les clients. C’est le cas d’Amazon Go, mais également de la chaîne de restauration rapide Sweetgreen. 

 

Selon Square, 37% des consommateurs américains ont utilisé des espèces pour régler leurs achats de moins de 20 dollars en 2019, contre 46% en 2015. La FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation) rappelle quant à elle que 6,5% des ménages américains ne disposait pas de compte bancaire en en 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media