Next '22 : Google place la sécurité au cœur de sa conférence cloud

À l’occasion de l’édition 2022 de sa conférence Google Cloud Next, la firme de Mountain View a présenté ses nouvelles fonctionnalités en matière de gestion de données, avec plusieurs annonces concernant le "cloud de confiance", mais aussi de nouveaux services s'appuyant sur ses innovations en matière d'intelligence artificielle.

Partager
Next '22 : Google place la sécurité au cœur de sa conférence cloud
Thomas Kurian, le patron de Google Cloud, rappelle les partenariats de la plateforme en matière de sécurité.

Bousculée par la pandémie pour sa saison 2020 et tenue à distance en 2021, la conférence annuelle Google Cloud est de retour en format hybride du 11 au 13 octobre 2022. À cette occasion, Thomas Kurian, CEO de Google Cloud depuis 2019, a dévoilé les nouveautés en matière de cloud computing, d’analyse et gestion de données, de cybersécurité ou encore de collaboration et d’infrastructure ouverte.

Depuis New York, mais également depuis San Francisco, Munich, Bangalore ou encore Tokyo, responsables Cloud, partenaires et même clients se sont succédés pour présenter les innovations de cette année.


"Cloud de confiance"

Au cœur de l’événement : la sécurité. Google est revenu sur son objectif d’être un "cloud de confiance". Si cette appellation interroge du côté de la sphère politique française, le géant semble en faire un élément clé de sa stratégie. La firme a ainsi présenté "Chronicle Security Operations", une suite logicielle basée sur le cloud à destination des équipes de cybersécurité.

L’outil se veut un allié dans la détection de cyberattaques, mais également dans l’enquête et la réponse rapide à ces dernières. Google a par ailleurs invité Kevin Mandia, PDG de Mandiant, pour en discuter. La société spécialisée en cybersécurité a été acquise par Google en septembre 2022.

Dans la même lignée, Google a dévoilé une nouvelle fonctionnalité : "Confidential Space" qui sera intégrée à son offre Confidential Comptuing. La fonctionnalité a été présentée comme un espace permettant aux organisations d’effectuer des tâches telles que l’analyse conjointe de données et l’entraînement de modèles ML avec la garantie que les données qu’elles possèdent soient protégées à la fois des partenaires et du fournisseur Cloud.


À l’image de S3NS, coentreprise née du partenariat de Google et Thales pour prétendre au label français cloud de confiance, Google a annoncé de nouveaux partenariats pour poursuivre les efforts en souveraineté numérique telle que définie par les pays européens. Le géant s’est associé à une vingtaine d’éditeurs de logiciels indépendants (ISV) dans le cadre de son programme Google Cloud Ready — Sovereign Solutions.

Enfin, la firme de Mountainview a annoncé le lancement de Software Delivery Shield, une solution de sécurité de chaîne d’approvisionnement logicielle de bout en bout. "Aujourd’hui, les développeurs ont plus d’options que jamais », a lancé Thomas Kurian ajoutant que cela conduit souvent « à une perte de la capacité de développement et de productivité ainsi qu’à l’exposition à des vulnérabilités logicielles."

Intelligence artificielle

Outre la sécurité, Google Cloud a présenté de nombreuses autres nouveautés basées, entre autres, sur l’intelligence artificielle. En réponse aux risques accentués par le télétravail, Google a par exemple revu sa suite Workspace. Le géant est revenu sur Smart Canvas, dévoilée lors de sa conférence I/O 2021, et a annoncé l’ouverture de l’outil aux applications tierces. De nouvelles puces intelligentes pour AODocs, Atlassian, Asana, Figma, Miro, Tableau et ZenDesk seront lancées l’année prochaine, permettant aux utilisateurs d’afficher et interagir avec des données tierces sans changer d’onglet.



Parallèlement, la société a annoncé une amélioration des suggestions sur sa suite Workspace, de nouvelles règles de prévention des pertes de données pour Chat et l’extension du chiffrement côté client à Gmail et Calendrier.

Faire tomber les barrières

Google a indiqué vouloir "fournir le cloud de données le plus ouvert". Pour ce faire, BigQuery, outil d’analyse de données de la société, aura droit à de nouvelles fonctionnalités permettant notamment l’analyse de données non structurées. "90 % des clients Google analysent de la data d’autres Cloud. BigQuery va permettre d’analyser les données d’autres fournisseurs, comme Azur (Microsoft), sans avoir à les déplacer", a détaillé Thomas Kurian.

Afin de faire tomber davantage de barrières, Google a également vanté son Translation Hub, un nouvel agent d’intelligence artificielle permettant aux professionnels de partager leur contenu dans plus de 135 langues, le tout en conservant la mise en forme initiale grâce à l’analyse d’image.



En matière d’analyse vidéo, Google a présenté Vertex AI vision, un nouveau service améliorant la vision par ordinateur et la reconnaissance d’image. La firme a utilisé l’exemple d’une analyse de 600 vidéos d’une intersection routière pour prédire la densité du trafic et promet une réduction du coût et du temps de création d’applications de vision par ordinateur.

Tout au long de la conférence, Google a profité des divers exemples pour dévoiler la liste de ses partenaires et clients. Parmi ceux présents à l’événement, le PDG de Coinbase a annoncé la possibilité, à compter de début 2023, pour certains clients Google de payer les services du Cloud en cryptomonnaies. En contrepartie, la plateforme qui permet l’échange et le stockage d’une dizaine de cryptodevises annonce migrer une partie de son infrastructure vers le Cloud de Google.

Autre apparition remarquée, celle du CEO de Google, Sundar Pichai. Absent de l’événement, il a tout de même partagé quelques mots sur grand écran en début de conférence. Il a notamment indiqué que le Cloud représentait l’une des activités à la croissance la plus rapide de la firme. "Au deuxième trimestre, nous avons atteint un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards de dollars", a-t-il dévoilé. Reste à savoir si les nouvelles fonctionnalités présentées à l’occasion de Google Cloud Next 2022 permettront de conserver cette hégémonie.

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS