Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Nexthink, la pépite suisse qui sécurise les postes de travail, lève 40 millions de dollars

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La pépite suisse Nexthink, qui édite des logiciels de surveillance des systèmes d’information au big data et à l’intelligence artificielle, vient de lever 40 millions de dollars auprès de fonds de capital-risque. De quoi conforter ses investissements R&D et financer son expansion à l’international, notamment aux Etats-Unis.

Nexthink, la pépite suisse qui sécurise les postes de travail, lève 40 millions de dollars
Pedro Bados, président et co-fondateur de Nexthink

Nexthink se donne les moyens de franchir une nouvelle étape de développement. La pépite suisse de surveillance des systèmes d’information au big data et à l’intelligence artificielle vient de boucler un nouveau tour de table de 40 millions de dollars. Quatre fonds de capital-risque ont participé à l’opération : Highland Europe, Waypoint Capital, Auriga Partners et Galeo Ventures.

 

Réduire les incidents de 30% sur les postes de travail

Créée par essaimage de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en 2004, Nexthink développe des logiciels de surveillance des systèmes d’information par l’analyse des données des postes de travail. Ses solutions combinent la puissance analytique du big data et les capacités prédictives de l’intelligence artificielle pour donner une vision en temps réel de l’activité du système d’information et détecter très tôt les failles de sécurité. Avec cette approche, la société promet de réduire de 30% le nombre d’incidents rencontrés par les utilisateurs et de prévenir les incidents de sécurité sur des milliers de postes de travail en seulement quelques secondes.

 

Boston, nouveau siège de la société

Depuis sa création, le montant des fonds levés atteint 65 millions de dollars. Avec le nouveau tour de table, Nexthink compte renforcer ses investissements R&D et étendre sa présence à l’international. Outre la Suisse, la société dispose de bureaux en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, à Dubaï et en Arabie Saoudite, et vient de déplacer son siège social de Lausanne à Boston.

 

2,4 millions de terminaux déjà sous surveillance

Nextink compte 120 personnes aujourd’hui et l’effectif devrait atteindre 200 à la fin de la l’année. La société ne communique pas ses résultats mais affirme avoir connu une croissance de 50% de son chiffre d’affaires en 2015. Elle revendique 600 clients dans le monde, dont Groupe 3SI, Innothéra, Aéroport de Genève, CHUV, Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris et Brinks France, pour un parc de 2,4 millions de terminaux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale