Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Niantic acquiert la start-up 6D.ai, spécialiste de la cartographie 3D

Vidéo L'entreprise de jeu vidéo Niantic, à l'origine notamment de Pokémon Go, vient d'acquérir la start-up 6D.ai. Cette dernière a développé une solution cloud qui permet aux utilisateurs de créer, stocker et partager des cartes 3D de leur l'environnement avec un smartphone. Niantic a pour objectif avec ce rachat de renforcer sa plate-forme de jeu en réalité augmentée, Niantic Real World. Une montée en puissance qui va l'amener à rivaliser avec Facebook et Apple.
mis à jour le 31 mars 2020 à 22H22
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Niantic acquiert la start-up 6D.ai, spécialiste de la cartographie 3D
Niantic acquiert la start-up 6D.ai, spécialiste de la cartographie 3D © Niantic

L'entreprise Niantic, qui se trouve entre autres derrière les jeux Pokémon Go et Ingress, annonce ce mardi 31 mars 2020 avoir fait l’acquisition de 6D.ai, une start-up spécialisée dans la capture d'environnements en 3D et leur stockage dans le cloud. Ces cartes 3D sont capturées à l'aide de la caméra dorsale d'un smartphone et sont utilisées pour aider les appareils à localiser leur positionnement dans l'espace lors d'expériences de réalité augmentée.

6D.ai s'appuie sur les framework ARKit (iOS) et ARCore (Android) pour la capture et la localisation dans les cartes virtuelles. L'offre de la start-up s'articulait jusqu'à présent autour du stockage dans le cloud, perçu comme étant la clé de voûte des expériences multi-utilisateurs dynamiques (avec interactions en temps réel) pour la réalité augmentée. L’opération, dont le montant n’a pas été communiqué, devrait permettre à Niantic de monter en puissance sur la réalité augmentée avec sa plate-forme Niantic Real World.

Niantic se rêve en acteur majeur de la réalité augmentée

Niantic avait levé près 245 millions de dollars en janvier 2019 pour concevoir cette plate-forme autour de sa technologie de jeu par géolocalisation. Bien que ses fonctionnalités de réalité augmentée aient été rudimentaires à l'origine, l'entreprise les a considérablement étoffées lors de l'année écoulée, avec notamment la gestion de l'occlusion et des expériences multi-joueurs. L’acquisition de 6D.ai s’inscrit dans cette lignée.

Il faut noter par ailleurs que Niantic ne compte pas se limiter qu'aux smartphones. L'entreprise travaille depuis un certain temps sur des lunettes de réalité augmentée à destination du grand public, et a été annoncée en décembre 2019 comme le premier partenaire de Qualcomm pour l'utilisation de sa nouvelle puce Snapdragon XR2. 6D.ai était également partenaire officiel de Qualcomm depuis août dernier.

 

 

Matt Miesnieks, cofondateur de 6D.ai, prêche depuis la création de l'entreprise qu'une adoption massive de la réalité augmentée ne sera possible qu'à d'une infrastructure de cartographie 3D globale et partagée qui rendra possible la colocalisation de multiples utilisateurs au sein d'une même expérience. Google, Microsoft et Facebook ont le même parti pris, de même que la start-up Magic Leap. En revanche Apple ne s'est pas engagé dans cette direction pour le moment, du moins publiquement. Ces entreprises travaillent toutes à différents niveaux sur des appareils de réalité augmentée et sont autant de concurrents auquel devra faire face Niantic à terme.

Suite à ce rachat, Matt Miesnieks va devenir conseiller auprès de la direction du studio de jeu vidéo. L'autre cofondateur de 6D.ai, Victor Prisacariu, rejoindra les bureaux de Niantic au Royaume-uni et continuera à développer la technologie de modélisation des milieux environnants de 6D.ai. Les 16 autres employés de la jeune pousse devraient déménager dans les locaux américains de Niantic.

Des revenus assurés par Pokémon Go

Le plus gros succès de Niantic est Pokémon Go, qui continue de générer beaucoup de revenus. Commercialisé en 2016, le titre lui aurait encore rapporté quelque 900 millions de dollars en 2019 – sa meilleure année en date, selon le cabinet d’analyse SensorTower. Un exploit que l’entreprise entendait réitérer avec le lancement du jeu Harry Potter: Wizards Unite l’an dernier, mais qui a connu une réception beaucoup plus mitigée. Si Niantic entend poursuivre le développement de jeux vidéo en interne, il met aussi depuis novembre dernier sa technologie à disposition de développeurs tiers, visant entre autres le secteur du retail.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Thierry Garreau
01/04/2020 10h56 - Thierry Garreau

L'axe de la mobilité se confirme pour la 3D... Bientôt la visualisation sur le web et sans contrainte de bande passante permettra à tous, particuliers et professionnels, d'exploiter leurs données massives depuis un smartphone. Ne reste plus qu'à guetter ces nouvelles technologies développées par certaines start-up françaises, comme ARSKAN.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media