Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Niantic, Unity, Meta… Le point sur les licenciements et embauches gelées dans la Tech

Meta réduit drastiquement ses prévisions d'embauche et semble vouloir mettre la pression sur ses salariés. Niantic, Unity et Argo AI licencient des effectifs. Et ce ne sont pas les seules entreprises technologiques à faire des annonces de ce type puisque Twitter, Netlfix ou encore Tesla réduisent également leur masse salariale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Niantic, Unity, Meta… Le point sur les licenciements et embauches gelées dans la Tech
Niantic, Unity, Meta… Le point sur les licenciements et embauches gelées dans la Tech © Unsplash

Alors que l'inflation se poursuit et que la conjoncture macro-économique ne semble pas s'améliorer, les annonces de licenciements et de gel des embauches se poursuivent. Et il n'y a pas que les start-up qui sont touchées. Mark Zuckerberg a déclaré auprès de ses salariés que Meta réduisait ses prévisions d'embauche d'ingénieurs d'au moins 30%, rapporte Reuters début juillet.
 

Des licenciements à venir pour Meta ?

Il a averti ses salariés de se préparer à un profond ralentissement économique. "Si je devais parier, je dirais que cela pourrait être l'un des pires ralentissements que nous ayons vus dans l'histoire récente", a déclaré Mark Zuckerberg aux employés. Dans le détail, Meta a réduit son objectif d'embauche d'ingénieurs en 2022 à environ 6000 à 7000 personnes, contre un plan initial d'environ 10000 nouveaux ingénieurs.

En plus de réduire les embauches, il a expliqué que certains postes resteraient vacants et que l'entreprise allait "augmenter la pression" sur la gestion des performances pour éliminer les employés incapables d'atteindre des objectifs plus agressifs. "En réalité, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être ici", a déclaré Mark Zuckerberg. Cela laisse-t-il présager une vague de licenciements ?

Niantic licencie 8% des effectifs

Niantic qui n'est toujours pas parvenu à sortir un jeu mobile aussi populaire que Pokémon Go, licencie entre 85 et 90 salariés soit 8% de sa masse salariale. Dans un e-mail adressé au personnel et consulté par Bloomberg, le PDG de Niantic, John Hanke, a écrit que l'entreprise "fait face à une période de turbulences économiques" et avait déjà "réduit ses coûts dans divers domaines".

Il a ajouté que Niantic doit "rationaliser davantage [ses] opérations afin de mieux positionner l'entreprise pour faire face aux tempêtes économiques qui pourraient survenir." L'entreprise a également annoncé arrêter le développement de quatre jeux dont Transformers : Heavy Metal ;  Hamlet ; Blue Sky and Snowball.

Unity licencie 4% de ses effectifs

Unity a licencié des centaines d'employés à travers le monde, rapporte Engadget. L'entreprise, qui est connue pour son moteur de jeu, aurait licencié 300 à 400 salariés. Une information confirmée par la société qui a déclaré à Engadget "réaligner certaines de [ses] ressources pour mieux [se] concentrer et soutenir [sa] croissance à long terme" ce qui a entraîné le licenciement d'environ 4% de ses effectifs.

Argo AI licencie 150 personnes

Le spécialiste des véhicules autonomes Argo AI, soutenue par Ford et Volkswagen, a licencié environ 150 personnes et ralenti le rythme des embauches, rapporte TechCrunch. Les licenciements représentent environ 5% de ses effectifs puisque la start-up a environ 2000 salariés à travers le monde. Argo AI a confirmé cette information auprès du site et a ajouté : "avec une croissance et des progrès incroyables dans notre mission de déploiement de véhicules sans conducteur, nous apportons des ajustements prudents à notre plan d'affaires pour continuer sur la voie du succès."

Et ce ne sont pas les seules entreprises à annoncer des licenciements. Twitter a licencié des dizaines de salariés dans ses équipes dédiées au recrutement, Netflix a réduit ses effectifs en licenciant 300 personnes, Tesla s'est séparé de 200 ingénieurs à va licencier 10% de ses effectifs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.