Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nokia flirtait avec Android avant son rachat par Microsoft

Le New York Times dévoile un nouveau rebondissement dans la saga Nokia-Microsoft : bien avant son rachat par le géant de Redmond, Nokia testait des téléphones sous Android, et aurait pu connaître un destin différent.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nokia flirtait avec Android avant son rachat par Microsoft
Nokia flirtait avec Android avant son rachat par Microsoft © jyri - Flickr - C.C.

Le New York Times rapporte que bien avant son rachat par Microsoft pour 5,4 milliards d'euros, Nokia pratiquait des tests sur le système d'opération Android de Google, qui auraient pu déboucher sur une conclusion bien différente pour la compagnie finlandaise.

Une équipe secrète au sein de Nokia testait Android sur ses téléphones Lumia. Le projet était confidentiel, mais les dirigeants de Microsoft étaient au courant de la démarche, selon les sources du journal américain.

Effet de levier

La possibilité d'un partenariat Nokia-Android n'a apparemment pas été évoquée durant les négociations entre la compagnie de télécom et le géant en déclin Microsoft. Pour beaucoup de commentateurs, un téléphone Nokia fonctionnant sous Android aurait créé un effet de levier considérable en faveur de Nokia durant ces négociations. Par ailleurs, la compagnie avait l'option, dans son partenariat avec Microsoft démarré en 2011, de mettre fin à la relation en 2014. Le projet Android aurait donc pu voir le jour fin 2014. En 2010, avant que Nokia ne signe son partenariat exclusif avec Windows Phone, de nombreuses personnes estimaient d'ailleurs qu'Android aurait été un choix pertinent pour l'entreprise finlandaise.

Plans B

Mais Microsoft avait également un joker dans son jeu. The Verge rapporte que la compagnie travaillait de son côté sur le projet d'un téléphone dédié, le Surface Phone, dont Terry Meyerson, maintenant à la tête des Systèmes d'Opérations de Microsoft, avait la charge. Chaque compagnie avait donc un plan B potentiel.

Toutefois, il y a fort à parier qu'en 2013, au moment des négociations entre Nokia et Microsoft, après plusieurs années d'exclusivité, aucune des deux compagnies n'était en mesure d'abandonner le partenariat si facilement. Nokia détenait 80% du parc Windows Phone, et le finlandais n'avait pas les moyens d'orchestrer un changement radical. Les deux compagnies avaient bien plus besoin l'une de l'autre qu'au premier abord. Microsoft a désormais toute la latitude pour jeter le projet Nokia-Android aux oubliettes.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale