Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Normandie : Caen et Rouen, soeurs rivales

Deux communautés d’agglomération, deux candidates sérieuses au label. Laquelle remportera la course à la suprématie digitale ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Normandie : Caen et Rouen, soeurs rivales
Avec son application dans le cloud, Bunkr cherche à simplifier et à remplacer les présentations PowerPoint. © D.R.

Nous étions déjà un quartier numérique ! » Rouen estime disposer du bâtiment étendard de son « quartier » avec Seine Innopolis. Cluster numérique, pépinière et centre d’affaires, il accueillera début 2014 une cantine numérique conçue avec la Silicon Sentier de Paris, car Rouen joue la carte de l’interconnexion avec le hub de la capitale. La ville normande annoncera également début 2014 la mise en place d’un fab lab mobile, le deuxième de France après celui de Nancy, piloté par le Cesi.

Rouen pense aussi réunir "toutes les étapes de la chaîne de l’entrepreneuriat" avec un incubateur régional, des écoles d’ingénieurs et de commerce, une offre locative souple. L’écosystème a produit un tissu de pépites parmi lesquelles Interaction Multimédia (applications "natives"), Digiworks (jeux sociaux et publicitaires) ou Webaxys et Serinya Telecom (fournisseurs d’accès). Les événements numériques (Carrefour des possibles, Codeurs en Seine), ainsi que les associations d’entrepreneurs (Normandy web Xpert et ses 70 adhérents) traduisent la vitalité de cet écosystème.

Retrouvez les champions français du numérique des 20 autres régions dans notre dossier spécial

À Caen, l’écosystème s’appuie sur l’invention par NXP de la puce NFC (near field communication) et sur le pôle de compétitivité Transactions électroniques sécurisées (TES). Ce dernier a été créé par NXP et France Télécom R&D avec l’université de Caen et l’école d’ingénieurs Ensicaen. Il est axé sur les technologies et les usages du sans-contact, sur la cryptographie, la biométrie et la réalité augmentée.

Seine Innopolis, l’adresse rouennaise

Situé à Petit-Quevilly, près de Rouen, Seine Innopolis réunit une pépinière, un hôtel d’entreprises et une cantine numérique. Le bâtiment bénéficie d’une double irrigation par fibre optique, de la 4 G et de la proximité d’un nœud de raccordement d’abonnés. Il est à 20 km du plus gros datacenter d’Europe exploité par Orange à Val-de-Reuil. À la manœuvre : Dominique Lemoine, de l’Agence de développement économique de Rouen, et Alexandre Verbaere, chef de projet cantine.

 

Ce sont des entreprises du pôle TES qui ont mis au point la billettique NFC que la communauté d’agglomération se prépare à lancer pour ses transports urbains. Une billettique dématérialisée qui sera interopérable avec d’autres réseaux dont celui des trains TER. Forte de son label de territoire mobile sans contact et de ses panels d’utilisateurs pour les nouveaux usages en matière de téléphonie mobile, Caen invite les entreprises à venir tester leurs services innovants dans ce domaine. Ce concept NFC business friendly a déjà séduit Chèque Déjeuner et le PMU.

SmartPanda, le réseau social BtoB

 

Bunkr, le concurrent de PowerPoint

 

Soget, l’informatique portuaire

 

Altitude Infrastructure, l’expert des réseaux

 

Ipdia, l’ultraminiaturisation des puces

 

Digital Airways, les interfaces utilisateurs

 

De notre correspondante, Claire Garnier

Caen mise sur le campus Effiscience

Sur le campus technologique Effiscience de Colombelles, près de Caen, la pépinière et hôtel d’entreprises Plug’nWork offre 3 000?m² de bureaux et Forum digital 1 000?m² de salles de formation, de réunion et de showroom. Le site bénéficie de la fibre optique et de la 3 G. À la manœuvre, Pierre-André Martin, le directeur de l’organisation des systèmes d’information et de l’innovation numérique de Caen la Mer, et Stéphane Bouyeure, le président du pôle de compétitivité TES.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media