Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"Nous avons plus que doublé nos partenariats en un an", se réjouit Mallorie Claudel de Sigfox

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'opérateur bas débit pour objets connectés Sigfox conclut de plus en plus de partenariats à mesure que grandit son réseau, afin de bâtir un écosystème complet.

Nous avons plus que doublé nos partenariats en un an, se réjouit Mallorie Claudel de Sigfox
"Nous avons plus que doublé nos partenariats en un an", se réjouit Mallorie Claudel de Sigfox © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Une nouvelle levée de fonds imminente, un réseau cellulaire bas débit qui ne cesse de s'étendre et de plus en plus de partenaires. Tous les voyants sont au vert pour la start-up toulousaine Sigfox, qui travaille à bâtir un écosystème cohérent autour de sa technologie.  Fin 2014, une cinquantaine de solutions sont "Sigfox ready", contre 18 fin 2013. Une progression spectaculaire. "Ce sont des fabricants de circuits intégrés et de modules radiocommandés, des intégrateurs de solutions et des développeurs de plates-formes horizontales et verticales, qui permettent d'exploiter les données", détaille Mallorie Claudel, Ecosystem & Channel manager. Airbus, la filiale espagnole de Securitas, et le Conseil général du Loiret sont désormais intégrés dans la galaxie Sigfox. Ce 10 décembre, Oceasoft annonce lors du Congrès objets connectés le lancement d'une nouvelle gamme de capteurs sans fil intelligents qui utilisent le réseau né en France.

"Quatre ou cinq nouveaux produits et trois plates-formes de plus devraient devenir "Sigfox ready" d'ici la fin de l'année", après avoir passé le processus de certification, ajoute Mallorie Claudel.

Et le rythme ne devrait pas ralentir en 2015. Sigfox veut passer de 5 à 60 pays irrigués en 5 ans (avec les Etats-Unis comme priorité en 2015) ; la même vitesse de progression est attendue côté partenariats.

des journées partenaires partout dans le monde

Le développement de son écosystème est au cœur de son business model. Les partenaires de Sigfox ne paient pas de licence d'utilisation pour accéder au réseau ("nous misons sur la facilité et la rapidité d'accès", explique Mallorie Claudel), mais Sigfox vit des abonnements payés par les utilisateurs. Pour faire grandir la galaxie Sigfox, l'entreprise compte délocaliser ses "journées développeurs", organisées à Toulouse, dans tous les pays où son réseau est déployé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale