Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"Nous avons voulu fédérer la filière IoT", Stéphanie Gibert et Paola Jesson (SIdO)

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Elles ne sont ni ingénieures ni issues du monde de la tech, mais elles contribuent à la démocratisation de l’IoT dans l’univers BtoB. Stéphanie Gibert et Paola Jesson ont créé le SIdO (Showroon de l’Internet des objets) à Lyon en 2015. Elles nous racontent leur parcours de femmes entrepreneurs, de la naissance du projet à la prochaine édition qui se tient les 4 et 5 avril 2018.

Nous avons voulu fédérer la filière IoT, Stéphanie Gibert et Paola Jesson (SIdO)
Stéphanie Gibert et Paola Jesson, fondatrices du SIdO. © Collectif Item

Pas facile d’être une femme chef d’entreprise ? Pas pour les créatrices du SIdO a priori. Pour Stéphanie Gibert et Paola Jesson, "tout s’est fait rapidement et simplement". Et si c’était à refaire, elles ne changeraient rien.

Stéphanie et Paola travaillaient depuis plusieurs années dans l’organisation d’événements avant de s’installer à Lyon chacune de leur côté. C’est là qu’elles se rencontrent en 2014. Avec une envie : celle d’entreprendre. "A ce moment, nous entendions parler de la French Tech, de la délégation française au CES de las Vegas, se souvient Stéphanie Gibert. En même temps, on voyait l’émergence des objets connectés. On a compris que l’IoT allait révolutionner l’économie". Et Paola Jesson d’ajouter : "On parlait beaucoup d’objets connectés pour le BtoC mais tous les professionnels que nous rencontrions nous disaient que le business allait se faire par le BtoB". Or, il n’existait pas d’événement BtoB dédié à l’IoT en libre accès.

 

Aider la filière IoT à se structurer

C’est ainsi que l’idée du SIdO a germé. Avec deux objectifs : aider les entreprises de l’IoT à se structurer et évangéliser l’IoT auprès des professionnels. "Nous avons compris rapidement que nous ne pouvions pas le monter seules avec nos petits bras", poursuit Stéphanie Gibert. Régions, Métropole, DGE… Elles se tournent alors vers les institutionnels pour trouver des aides et des financements.  Puis contactent les industriels, les associations et les pôles de compétitivité pour affiner le positionnement et le concept. "On les a embarqués avec nous. On a travaillé en mode collaboratif et en mode start-up."

En avril 2015, la première édition du SIdO voit le jour à Lyon avec 150 exposants, dont un Village start-up, et 3000 visiteurs. Trois ans plus tard, l’événement a bien grandi. La quatrième édition, qui se tiendra les 4 et 5 avril 2018, devrait accueillir 350 exposants et 7500 visiteurs. "Nous avons voulu fédérer cette filière IoT et nous remarquons depuis que de plus en plus d’acteurs pure players et d’acteurs traditionnels ont noué des partenariats et mis en place des choses ensemble. C’est une belle réussite", expriment-elles.

 

Prise de conscience de l’intérêt de l’IoT

Côté démocratisation, "cela prend du temps, mais ça s’accélère. Il y a une prise de compréhension de l’IoT et aujourd’hui nos visiteurs recherchent vraiment à pouvoir rapidement imaginer et déployer des objets connectés intelligentes, avec une vraie attention portée sur la valeur d’usage", indique Paola Jesson. Le tout dans une ambiance "conviviale, animé et jolie", ajoute-t-elle.

Au-delà de la tendance de fonds sur laquelle elles ont su surfer, la réussite, elles l’expliquent aussi par leur binôme. Ce n'est dons pas pour rien qu'elles ont choisi CObees* pour le nom de leur société : "Il y a une belle alchimie entre nous. Les gens nous le disent. On se complète bien, mais on se challenge tout le temps pour aller plus loin et imaginer des dispositifs au mieux pour nos clients. ". Et de conclure : "C’est une belle histoire."


*Bee : abeille, en anglais

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale