Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Nous sommes de vrais industriels", lance le président du Slip français

Guillaume Gibault, le président du Slip français, lauréat du prix du Marketing digital des Trophées des industriels numériques de l'année organisés par L'Usine Digitale, estime que cette récompense est le fruit de la crédibilité acquise en trois ans par la start-up.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nous sommes de vrais industriels, lance le président du Slip français
Guillaume Gibault, le président du Slip français, recevant le prix du Marketing digital des Trophées des industriels numériques de l'année de L'Usine Digitale, le 16 octobre 2014. © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

"On est petits et on a un esprit potache : tout cela fait que nous ne sommes pas forcément pris au sérieux. Mais ce prix prouve que les choses évoluent !" Guillaume Gibault, le président du Slip français (qui a "toujours un slip dans la poche", comme il le dit sur Twitter), savoure le prix du Marketing digital de l'année reçu le 16 octobre lors des premiers Trophées des industries numériques. Un prix qui symbolise la montée en puissance de la start-up née il y a seulement trois ans, et son entrée dans le club des industriels crédibles, comme le dit son président : "Ce n'est pas parce que notre marketing est décalé que nous ne sommes pas sérieux. Nous sommes une vraie boite industrielle, qui fabrique en France dans 12 ateliers qui ont souvent 30 ans de métiers derrière eux. Ce sont 25 équivalents temps plein qui sont maintenus ou créés grâce à nous". Sans oublier les 14 collaborateurs au siège, à Paris. La société a réalisé 900 000 euros de chiffre d'affaires en 2013, et table sur 1,6 millions d'euros cette année.

Dans les coulisses de la fabrication du Slip Français en vidéo :

le slip français, un modèle ?

Pour son co-fondateur, Le Slip Français, c'est d'abord un modèle de développement efficace qui peut être répliqué : innover avec de bons produits et faire grandir l'image de marque en utilisant la puissance des réseaux sociaux, pour mieux se passer d'intermédiaires et toucher directement les clients. "Pour fabriquer des produits que l'on dit trop chers à produire en France, comme les nôtres, car il est trop onéreux de s'inscrire dans une chaîne de valeur classique, la solution est d'enlever un ou plusieurs maillons de cette chaîne", résume-t-il. Le Slip Français réalise 80% de son chiffre d'affaire grâce à la vente en ligne. La présence dans les rayons de magasins partenaires, comme les Galeries Lafayette, ou les partenariats avec des marques installées, comme Agnes B et Saint James, ne servent finalement qu'à renforcer sa notoriété. L'ouverture d'une boutique aux couleurs de la marque, le 20 octobre dans le quartier du Marais à Paris, s'inscrit dans cette même stratégie. "Le but, c'est la crédibilité à l'export, explique le patron. On n'existe pas à l'étranger tant qu'on n'a pas une boutique à Paris, c'est comme ça".

expansion internationale

Car les modèles phares de la marque ne s'appellent pas "Le Redoutable", "Le Téméraire" et  "Le Conquérant" pour rien : la start-up a soif d'expansion internationale. "Aujourd'hui, on fait 10% de notre chiffre d'affaires hors de France. On aimerait passer à 15% en 2015, 20% en 2016, et ainsi de suite...", confie le président. Pour financer son développement, la start-up envisage une première levée de fonds prochainement. Mais sans renier ses valeurs et le petit supplément d'âme qui a fait son succès. "On va continuer à essayer de faire les choses différemment", promet Guillaume Gibault.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale