Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Nous sommes en train de perdre l’avantage concurrentiel du prix de l’électricité", selon Stéphane Duproz

Stéphane Duproz est directeur général de TelecityGroup en France, vice-président du CESIT (Comité des exploitants de salles informatiques et télécoms) et vice-président de l’EUDCA (European Data Centre Association). Il est inquiet de la volonté d’EDF de revoir à la hausse les tarifs de l’électricité. Cela pourrait, selon lui, affecter la compétitivité des datacenters, facteurs de croissance pour le pays.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nous sommes en train de perdre l’avantage concurrentiel du prix de l’électricité, selon Stéphane Duproz
"Nous sommes en train de perdre l’avantage concurrentiel du prix de l’électricité", selon Stéphane Duproz ©

L'Usine Nouvelle - Lors de son audition parlementaire, le nouveau PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a appelé le gouvernement à relever les tarifs de l’électricité. Cela vous inquiète ?

Stéphane Duproz - Oui, parce que, historiquement en France, nous avons eu plutôt des tarifs de l’électricité dans la moyenne basse. Notre pays a bénéficié de choix de gens assez intelligents pour que nous bénéficiions d’une électricité stable, de très bonne qualité et peu chère. Il y a des pays en Europe de l’Est où elle est encore moins chère, mais dans la partie occidentale, nous sommes favorisés. L’Allemagne, qui paie le coût de l’abandon de sa filière nucléaire, connaît des tarifs deux fois plus élevés que ceux de l’Hexagone.

Et vous perdez cet avantage ?

En France, il y a un tarif régulé décidé par le gouvernement. Progressivement, depuis une dizaine d’années, il y a une dérégulation qui a d’abord touché les gros consommateurs et qui, peu à peu, pousse tout le monde à aller sur les marchés libres. C’est le sens de la loi Nome (nouvelle organisation du marché de l’électricité, ndlr) de 2010, qui organise la disparition définitive du tarif régulé de l’électricité en France au 31 décembre 2015. Au 1er janvier 2016, les observateurs s’attendent à une forte augmentation des tarifs. Déjà, depuis 2010, ils ont augmenté de 5 % par an, hors taxes.

Il y a un danger pour les datacenters ?

Oui, mais le message que je veux envoyer au gouvernement est que ce danger va bien au-delà. L’intérêt d’un datacenter est de permettre aux entreprises d’externaliser leurs serveurs pour disposer d’une sécurisation accrue de leurs données. Par ailleurs, elles y cherchent une baisse des coûts, puisque la consommation d’énergie est moindre que celle de systèmes décentralisés. Ce sont deux grands avantages qui sont des boosters économiques.

Lorsque l’on construit un datacenter, entre 5 et 10 entreprises viennent s’installer près de chez nous. Chaque datacenter crée 20 emplois directs, et dix fois plus d’emplois indirects (BTP, climatisation, génie électrique...). Il faut favoriser ce développement. La croissance a une maison, et cette maison, ce sont les datacenters. Il s’agit d’aider le numérique en France mais aussi de favoriser l’attractivité des territoires. Or il y a quelques années dans les grandes compétitions internationales, nous pouvions nous prévaloir de l’avantage concurrentiel du prix de l’électricité. Nous sommes en train de le perdre.

Que demandez-vous au gouvernement ?

Les moyens ne nous regardent pas, nous voulons des résultats. Nous ne voulons pas que l’avantage énergétique que nous possédons sur certains autres pays européens soit effacé par une politique d’augmentations significatives du coût de l’électricité. En France, nous sommes bénis des dieux. Nous avons plein de montagnes qui ont permis de développer un beau parc hydroélectrique et nous avons fait le choix, à mon avis sûr, du nucléaire. Les Pays-Bas n’ont pas les mêmes avantages. Et pourtant, l’électricité y est moins chère qu’en France. C’est la preuve qu’avec une volonté politique forte, on peut y arriver. Il s’agit de choisir si l’on veut favoriser ou pas les entreprises utilisatrices d’énergie et créatrices de valeur.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

vital
14/12/2014 12h50 - vital

Rappelons simplement, comme l'a indiqué G. Mestrallet, que le prix de gros de l'électricité a chuté de 50% depuis 2008!!!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

verdarié
12/12/2014 13h59 - verdarié

Lorsqu'on dit:"Les moyens ne nous regarde pas?" On laisse forcément à d'autres un choix qui nous importe puisqu'il détermine la suite des événements. Il ne faut donc pas venir ensuite pleurer sur le sort que nous réserve ceux qui décide pour nous.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media