Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nouveau front judiciaire contre la politique de Google sur les cookies

La nouvelle politique de cookies publicitaires de Google est anticoncurrentielle, d'après des acteurs du monde la tech et de la publicité rassemblés au sein du Movement for an Open Web. Ils viennent de déposer un recours auprès de la Commission européenne qui enquête déjà sur les activités publicitaires du géant américain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nouveau front judiciaire contre la politique de Google sur les cookies
Nouveau front judiciaire contre la politique de Google sur les cookies © Shiwa ID/Unsplash

Le Movement for an Open Web (MOW), une coalition britannique d'acteurs technologiques et de la publicité en ligne, a déposé une plainte antitrust auprès de la Commission européenne sur la nouvelle politique de Google en matière de cookies, apprend-on ce mardi 28 septembre. La liste des adhérents de cette coalition n'est pas publique.

Offrir davantage de confidentialité
Baptisé "Privacy Sandbox", ce programme vise à remplacer les cookies tiers dans Chrome, dont la fin est programmée pour 2023. L'objectif, d'après la firme de Mountain View, est d'offrir davantage de confidentialité aux utilisateurs à travers de nouvelles méthodes de pistage.

Les Federated Learning of Cohorts (FLoC), en cours de test, reposent ainsi sur les centres d'intérêts des internautes à partir desquels sont créées des cohortes d'utilisateurs qui ont des historiques de navigation similaire. Les annonceurs pourront ensuite sélectionner des publicités en fonction de ces grands groupes.


Une menace pour le web ouvert ?
Or, le MOW estime que cette nouvelle politique va affecter "les analyses indépendantes, la publicité, la détection des fraudes, les services de données, l'optimisation des performances et d'autres fonctionnalités du web ouvert". Car Google va être en position de décider seul "quelles données peuvent être partagées sur le web et avec qui", craint le regroupement.

"Nous demandons à la Commission européenne de créer des règles du jeu équitables pour toutes les entreprises numériques, afin de maintenir et de protéger un Web ouvert", résume Tim Cowen, conseiller juridique de MOW et en charge du contentieux antitrust au sein du cabinet Preiskel & Co LLP.

Bruxelles lance des investigations
Cette plainte s'ajoute à une enquête ouverte par la Commission européenne, en juin dernier, sur les pratiques publicitaires de Google. La Competition and Markets Authority (CMA) – l'équivalent de l'Autorité de la concurrence au Royaume-Uni – s'interroge également sur la légalité du Privacy Sandbox dans le cadre d'une enquête ouverte en janvier 2021. 

En réponse aux craintes du gendarme britannique, Google a annoncé une série d'engagements. Il s'engage par exemple à développer et à mettre en œuvre les propositions d'une manière qui évite les distorsions de concurrence et l'imposition de clauses abusives aux utilisateurs de Chrome. Les résultats des tests des technologies alternatives seront publiés dans un souci de transparence. Aussi, le géant américain a promis ne pas discriminer ses concurrents en faveur de ses propres activités de publicité et de technologie publicitaire lors de la conception ou de l'exploitation d'alternatives aux cookies tiers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.