Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nouvelle introduction en bourse pour la French Tech avec Deezer

Deezer va s'introduire en bourse en fusionnant avec I2PO, le SPAC de Iris Knobloch, François-Henri Pinault et Matthieu Pigasse. La plateforme de streaming musical fait donc le choix, peu prisé en France et en Europe, de passer par une "Special Purpose Acquisition Company". Ces coquilles vides sont spécialement créées afin de fusionner avec une société privée qui souhaite s'introduire en bourse de façon contrôlée. Cet accord valorise Deezer à environ 1,075 milliard d'euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nouvelle introduction en bourse pour la French Tech avec Deezer
Nouvelle introduction en bourse pour la French Tech avec Deezer © Sarah Sermondadaz

Deezer est la nouvelle pépite de la French Tech à vouloir se confronter aux marchés boursiers. La plateforme de streaming musical a annoncé lundi 18 avril 2022 être parvenue à un accord définitif avec le SPAC I2PO, fondé par Iris Knobloch, François-Henri Pinault et Matthieu Pigasse, pour être cotée sur Euronext Paris. Un accord qui valorise l'entreprise à environ 1,075 milliard d'euros et que les partenaires espèrent clore en juillet.


Deezer vise le milliard d'euros de chiffre d'affaires

Deezer, qui s'est aujourd'hui hissé parmi les leaders mondiaux du streaming musical, a été fondé en 2007. La pépite du Next40, qui a été l'une des premières licornes de la French Tech revendique aujourd'hui 9,6 millions d'abonnés et a généré un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros en 2021. Avec cette introduction en bourse, Deezer veut passer à l'étape supérieure et atteindre 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2025 et se lancer clairement vers la rentabilité opérationnelle.

La plateforme de streaming musical veut continuer à séduire de nouveaux abonnés en se tournant vers des marchés attractifs. Sa stratégie passe par les partenariats et le développement de produits différenciant. Ses principaux concurrents sont le suédois Spotify et Apple Music qui est disponible sur Android. Les entreprises rivalisent sur les prix des abonnements, le catalogue d'artistes et la qualité sonore.


135 millions d'euros levés

Le SPAC pour Special Purpose Acquisition Companies est une société introduite en bourse sans avoir d'actif. Cette coquille vide lève de l'argent sur les marchés avec un objectif précis : une fusion-acquisition avec une société non cotée. Véritable phénomène aux Etats-Unis, qui a vu leur nombre se multiplier sans pour autant qu'ils trouvent tous des start-up avec qui fusionner, ces véhicules financiers sont peu nombreux en Europe. I2PO, qui fait partie des rares SPAC français, a été introduit en bourse en juillet 2021 et a levé 275 millions d'euros.

Les avantages pour Deezer sont d'éviter le processus long et coûteux de l'introduction en bourse classique et l'incertitude en découlant. La fusion avec un SPAC permet de lever des fonds tout en établissant une valorisation au préalable. En plus des fonds levés par le SPAC (275 millions d'euros), Deezer va recevoir des fonds grâce à un placement privé d'actions souscrit par ses actionnaires existants (Access Industries, UMG, Warner Music, Orange, Kingdom Holdings, Eurazeo et Xavier Niel) et d'autres investisseurs (Groupe Artémis, Bpifrance et Media Participations) pouvant atteindre 150 millions d'euros. Au total, Deezer pourrait recevoir jusqu'à 425 millions d'euros.

Cette annonce est une bonne nouvelle pour la French Tech. Elle survient après les introductions en bourse d'OVHcloud et de Believe, spécialisé dans l'accompagnement des artistes et des labels. Microoled, spécialiste des micro-écrans OLED notamment utilisés dans le marché en croissance des lunettes connectées, a également présenté son projet d'IPO en début d'année. En parallèle, Sigfox, ancien porte drapeau de la French Tech qui surfait sur l'engouement pour l'Internet des Objets dit IoT, a été placé en redressement judiciaire. Tout comme FFly4u qui a été reprise par ZeKat.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.