Numéricable-Bouygues Telecom : un deal difficilement envisageable

 A la suite d’une petite phrase prononcée par le DG d’Altice, on prête au groupe propriétaire de Numericable et SFR des vues sur Bouygues Telecoms. Improbable néanmoins, après le rachat très récent de la filiale de Vivendi.

Partager
Numéricable-Bouygues Telecom : un deal difficilement envisageable

C’est une petite phrase qui a déclenché la nouvelle rumeur d’une possible acquisition de Bouygues Telecom. Cette fois le candidat s’appelerait Altice, le groupe propriétaire de Numericable et depuis peu de SFR. "A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas ? Il y a un grand potentiel de synergie," a dit Dexter Goei, DG du groupe Altice, en réponse à une question posée dans une conférence organisée à Barcelone par la banque d'affaires Morgan Stanley. La rumeur a sans surprise fait monter le titre du groupe Bouygues en bourse.

Et des synergies existent. L’acquisition aurait du sens par exemple parce que SFR et Bouygues Telecom ont entamé il y a neuf mois un rapprochement de leurs réseaux mobiles destiné en particulier à déployer plus rapidement et plus efficacement la 4G. Pour autant, l’opération parait plutôt improbable.

Dette et concurrence

Les obstacles resteraient nombreux. A commencer par la question de la dette engagée par le groupe. Altice a déjà acheté SFR pour un montant de 13,5 milliards d’euros. Et il vient de faire une offre de 7 milliards d’euros pour mettre la main sur Portugal Telecom. Par ailleurs, il faudrait encore obtenir l’aval de l’autorité de la concurrence, qui a déjà passé plusieurs mois à étudier le dossier Numericable-SFR pour s’assurer qu’il ne remettait pas en question la concurrence entre opérateurs.

Un rapprochement avec Bouygues Telecom mettrait en particulier Iliad (Free) en situation de faiblesse alors alors qu’il s’est déjà vu souffler SFR par Altice. Le groupe de Xavier Niel serait en meilleure position au moins vis-à-vis des autorités de la concurrence pour un rachat de la filiale de Bouygues. La petite phrase du DG d’Altice n’est donc sans doute rien de plus qu’une petite phrase. Peut-être motivée à la fois par la volonté d’expansion du groupe et ses difficultés à mettre définitivement la main sur Portugal Telecom.

Emmanuelle Delsol

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS