Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Numéricable-Bouygues Telecom : un deal difficilement envisageable

 A la suite d’une petite phrase prononcée par le DG d’Altice, on prête au groupe propriétaire de Numericable et SFR des vues sur Bouygues Telecoms. Improbable néanmoins, après le rachat très récent de la filiale de Vivendi.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Numéricable-Bouygues Telecom : un deal difficilement envisageable
Numéricable-Bouygues Telecom : un deal difficilement envisageable © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

C’est une petite phrase qui a déclenché la nouvelle rumeur d’une possible acquisition de Bouygues Telecom. Cette fois le candidat s’appelerait Altice, le groupe propriétaire de Numericable et depuis peu de SFR. "A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas ? Il y a un grand potentiel de synergie," a dit Dexter Goei, DG du groupe Altice, en réponse à une question posée dans une conférence organisée à Barcelone par la banque d'affaires Morgan Stanley. La rumeur a sans surprise fait monter le titre du groupe Bouygues en bourse.

Et des synergies existent. L’acquisition aurait du sens par exemple parce que SFR et Bouygues Telecom ont entamé il y a neuf mois un rapprochement de leurs réseaux mobiles destiné en particulier à déployer plus rapidement et plus efficacement la 4G. Pour autant, l’opération parait plutôt improbable.

Dette et concurrence

Les obstacles resteraient nombreux. A commencer par la question de la dette engagée par le groupe. Altice a déjà acheté SFR pour un montant de 13,5 milliards d’euros. Et il vient de faire une offre de 7 milliards d’euros pour mettre la main sur Portugal Telecom. Par ailleurs, il faudrait encore obtenir l’aval de l’autorité de la concurrence, qui a déjà passé plusieurs mois à étudier le dossier Numericable-SFR pour s’assurer qu’il ne remettait pas en question la concurrence entre opérateurs.

Un rapprochement avec Bouygues Telecom mettrait en particulier Iliad (Free) en situation de faiblesse alors alors qu’il s’est déjà vu souffler SFR par Altice. Le groupe de Xavier Niel serait en meilleure position au moins vis-à-vis des autorités de la concurrence pour un rachat de la filiale de Bouygues. La petite phrase du DG d’Altice n’est donc sans doute rien de plus qu’une petite phrase. Peut-être motivée à la fois par la volonté d’expansion du groupe et ses difficultés à mettre définitivement la main sur Portugal Telecom.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

delirium
25/11/2014 09h52 - delirium

Des petites phrases qui font gagner des points en bourse pendant quelques semaines ou mois ! Voilà pourquoi les patrons des télécoms à chacun leur tour lancent la petite rumeur du moment... ça faisait longtemps... merci +3pts faut vendre les copains vite...

Répondre au commentaire | Signaler un abus