Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nuxeo, la pépite française qui défie Open Text sur son terrain, lève 10 millions de dollars

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La pépite française de gestion de contenu d’entreprise Nuxeo procède à une nouvelle levée de fonds de 10 millions de dollars. De quoi accélérer son développement commercial aux Etats-Unis, sa grande priorité.

Nuxeo, la pépite française qui défie Open Text sur son terrain, lève 10 millions de dollars
Nuxeo, la pépite française qui défie Open Text sur son terrain, lève 10 millions de dollars © DR

Une nouvelle levée de fonds pour Nuxeo. La pépite française de gestion de contenu d’entreprise, dont le siège est basé à New York, aux Etats-Unis, vient de récolter 10 millions de dollars, portant le montant total des fonds levés depuis sa création aux environs de 17 millions d’euros. Avec ce nouvel apport d’argent frais, la société, qui emploie aujourd’hui 70 personnes, dont 35 en France (Paris), se donne les moyens de son expansion à l’international.

 

Pari sur le marché américain

Créée en 2000 à Paris, Nuxeo, d’abord entreprise de services numériques, s’est transformée en éditeur de logiciel en 2008. Elle édite une plateforme open source utilisée par les entreprises pour développer leurs propres systèmes de gestion de contenu : images, vidéo, documents, cartographie, données métiers, etc. Sa solution est vendue sur abonnement annuel, sous forme de logiciel classique ou de service en ligne SaaS (Software as a service).

 

La société jouie d’un développement rapide. "En 3 ans, nous avons triplé de taille pour atteindre 7,6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015 et nous devons terminer 2016 avec un effectif de 100 personnes et un revenu de 11 millions d’euros", confie Eric Barroca, son président du directoire. Dès 2010, elle a fait le pari de miser sur les Etats-Unis en ouvrant un bureau à New York et un autre à Los Gatos, en Californie. Un pays qui constitue aujourd’hui son premier marché avec 50% du chiffre d’affaires, devant la France qui lui apporte 35% de ses revenus.

 

Devenir le chanllenger de l'américain OpenText

Dans sa stratégie d’expansion à l’international, Nuxeo fait des Etats-Unis la priorité. "C’est le plus gros marché du numérique dans le monde, justifie Eric Barroca. C’est en se développant ici que nous pourrons ensuite réussir en Allemagne ou au Royaume-Uni qui figurent également dans notre plan de conquête à l’international." En se frottant aux leaders de ce marché, comme IBM, Oracle, Microsoft, EMC ou OpenText, tous américains, la pépite française espère gagner en crédibilité et acquérir le sésame de la conquête des marchés en Europe et en Asie. Eric Barroca a l’ambition de positionner son entreprise comme le challenger d’OpenText, qui réalise déjà plus de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires dans les logiciels de gestion de contenu d’entreprise.

 

Faire du Japon son second marché

Avec la nouvelle levée de fonds, Nuxeo prévoit de conforter ses forces commerciales aux Etats-Unis, mais aussi de s’attaquer à l’Allemagne et au Royaume cette année puis au Japon en 2017. Avec l’espoir de faire de l’archipel nippon son deuxième marché à terme. Face à ses grands concurrents, Eric Barroca estime disposer d’un avantage compétitif déterminant. "Notre plateforme apporte un réel changement de paradigme dans la gestion de contenu, estime-t-il. Elle multiplie les performances en capacité et surtout en rapidité d’interrogation des données par une magnitude dix." 

 

L’opportunité s’annonce alléchante. Selon une étude Radicati Group, le marché mondial des solutions de gestion de contenu d’entreprise devrait croitre de 15% par an sur les années à venir pour atteindre 9,4 milliards de dollars en 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale