Nvidia va construire un supercalculateur dédié à la recherche médicale au Royaume-Uni

Nvidia s'engage dans la construction d'un supercalculateur à Cambridge destiné en priorité à la recherche liée au Covid-19. D'un coût de 40 millions de livres sterling et d'une puissance de 400 pétaflops, Cambridge-1 est indépendant du futur supercalculateur de pointe annoncé par Nvidia lors du rachat d'Arm.

Partager
Nvidia va construire un supercalculateur dédié à la recherche médicale au Royaume-Uni

Nvidia va construire un supercalculateur destiné à la recherche médicale au Royaume-Uni, à Cambridge, notamment pour résoudre les problématiques liées au Covid-19. Baptisé Cambridge-1, son coût s'élève à 40 millions de livres sterling (environ 44 millions d'euros). Il devrait être opérationnel d'ici la fin de l'année.

"S'attaquer aux défis les plus pressants dans le domaine de la santé nécessite des ressources informatiques extrêmement puissantes pour exploiter les capacités de l'intelligence artificielle", a expliqué Jensen Huang, CEO de Nvidia, dans son discours d'ouverture de la GPU Technology Conference 2020.

AstraZeneca et GSK, les premiers bénéficiaires
Les géants pharmaceutiques britanniques GlaxoSmithKline (GSK) et AstraZeneca, impliqués dans la recherche contre le virus, seront parmi les premières entreprises à exploiter Cambridge-1. "L'utilisation des supercalculateurs et de l'IA a le potentiel de transformer la R&D, de l'identification des cibles pour la recherche clinique jusqu'au lancement de nouveaux médicaments", s'est félicité James Weatherall, chercheur et responsable de la data science et de l'IA au sein d'AstraZeneca.

Des chercheurs du Guy's and St Thomas' NHS Foundation Trust, du King's College London et d'Oxford Nanopore Technologies pourront également en tirer parti. Comme Cambridge-1 se destine en priorité à la lutte contre le Covid-19, les start-up y auront accès dans un second temps.

Cambridge-1 sera le supercalculateur "le plus puissant du Royaume-Uni" d'après Nvidia, qui précise qu'il est classé 29ème du dernier Top500 des supercalculateurs les plus puissants au monde. Alimentée par 80 systèmes DGX A100, la machine sera dotée d'une capacité de calcul de 400 pétaflops pour le deep learning et 8 pétaflops de performances Linpack. Pour comparaison, le supercalculateur japonais Fugaku – le plus rapide au monde à l’heure actuelle – peut atteindre jusqu'à 415,53 pétaflops.

Une haute efficacité énergétique
Nvidia promet également que Cambridge-1 se classera parmi les trois premiers supercalculateurs les plus économes en énergie au monde, d'après la liste Green500 qui classe les machines selon un critère d'efficacité énergétique.

Selon Kimberly Powell, VP of Healthcare chez Nvidia, Cambridge-1 est "complètement indépendant" du futur supercalculateur de pointe couplant des GPU Nvidia et des CPU d'Arm, annoncé par Nvidia lors du rachat du leader de la conception de puces mobiles. Ce dernier sera installé dans un grand centre de recherche en IA, fruit d'une extension du siège d'Arm situé à Cambridge.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS