Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nvidia va dépenser au moins 100 millions de dollars pour son supercalculateur Cambridge-1

Vu ailleurs Nvidia va dépenser un minimum de 100 millions de dollars pour son supercalculateur Cambridge-1 qui est destiné à la recherche médicale. Jensen Huang, CEO de Nvidia, a évoqué cette somme comme étant un point de départ. Un investissement d'autant plus conséquent que l'entreprise souhaite implanter un second supercalculateur à Cambridge utilisant ses GPU et les CPU Arm.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nvidia va dépenser au moins 100 millions de dollars pour son supercalculateur Cambridge-1
Nvidia va dépenser au moins 100 millions de dollars pour son supercalculateur Cambridge-1 © Nvidia

Nvidia va dépenser plus de 100 millions de dollars pour son supercalculateur Cambridge-1. Cette somme est le point de départ, selon Jensen Huang, CEO de Nvidia, qui a évoqué cette somme à l'occasion du Six Five Summit, comme le rapporte Reuters.

Deux supercalculateurs
En octobre dernier, Nvidia a détaillé un peu les contours de ce supercalculateur qui doit voir le jour à Cambridge. Destiné à la recherche médicale au Royaume-Uni Cambridge-1 doit être opérationnel d'ici la fin de l'année. Au début, Nvidia annonçait un investissement de 40 millions de livres sterling (environ 55,6 millions de dollars). Une somme qui a presque doublé en l'espace de quelques mois seulement. Jensen Huang a évoqué "un gros investissement. C'est le supercalculateur le plus puissant du Royaume-Uni, et les chercheurs en sont ravis".

La machine sera alimentée par 80 systèmes DGX A100 et dotée d'une capacité de calcul de 400 pétaflops pour le deep learning et 8 pétaflops de performances Linpack. Dans un premier temps, Cambridge-1 se destine à aider la recherche sur le Covid-19. Les géants pharmaceutiques britanniques GlaxoSmithKline (GSK) et AstraZeneca seront parmi les premiers utilisateurs. Tout comme les chercheurs du Guy's and St Thomas' NHS Foundation Trust, du King's College London et d'Oxford Nanopore Technologies.

En parallèle, Nvidia souhaite mettre au point un autre supercalculateur de pointe utilisant ses GPU et des CPU Arm. Cet appareil a été annoncé à l'occasion de l'acquisition d'Arm, qui est scrutée de très près par les autorités de la concurrence. Il doit être installé dans un grand centre de recherche en intelligence artificielle, fruit d'une extension du siège d'Arm situé à Cambridge.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.