Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

NXP nouveau N°1 européen des puces... mais ça change quoi ?

Analyse Avec la finalisation aujourd’hui de l’acquisition de Freescale, le néerlandais NXP se hisse à la 7ème place mondiale dans les semi-conducteurs et devient le champion européen des puces électroniques. Un titre dévolu jusqu’ici au franco-italien STMicroelectronics.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

NXP nouveau N°1 européen des puces... mais ça change quoi ?
NXP nouveau N°1 européen des puces... mais ça change quoi ? © oskay - Flickr - C.C.

NXP change de dimension. Avec la finalisation de l’acquisition de l’américain Freescale, le 7 décembre 2015, le fabricant néerlandais de semi-conducteurs devient un groupe de 45 000 personnes et 10,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2015, selon les prévisions d’IC Insights. Ce qui le propulse au 7eme rang mondial des fournisseurs de puces électroniques. En 2014, il pointait à la 14eme place avec un chiffre d’affaires de 5,6 milliards de dollars.

 

STMicroelectronics, grand perdant

Cette opération de consolidation de 11,8 milliards de dollars bouleverse surtout le classement en Europe. NXP devient le champion européen des semi-conducteurs, devant l’allemand Infineon Technologies (6,9 milliards de dollars de chiffres d’affaires en 2015, selon IC Insights) et le franco-italien STMicroelectronics (6,8 milliards de dollars).

 

Ce dernier apparaît comme le grand perdant du mouvement de consolidation dans le secteur. C’est lui qui détenait le titre de champion européen des semi-conducteurs et ce depuis sa création en 1987 par fusion de l’italien SGS et du français Thomson Semi-conducteurs. Non seulement il perd sa couronne européenne, il est aussi repoussé à la troisième place par Infineon Technologies. Il sauve toutefois sa place dans le Top 10 mondial à la 10ème. Mais ce ne sera que temporaire. La finalisation de l’acquisition de Broadcom par Avago, prévue au premier trimestre 2016, le fera chuter à la 11eme place.

 

L'intégration de Freescale par NXP scrutée à la loupe

Le processus d’intégration entre NXP et Freescale va être scruté à la loupe. Avec la question : va-t-il réussir ou échouer ? C’est la première grande opération de consolidation, annoncée en 2015, à être finalisée. Son issue déterminera le regard porté sur les autres méga acquisitions en cours de finalisation comme celles entre Avago et Broadcom (37 milliards de dollars), entre Intel et Altera (16,7 milliards de dollars), ou entre Dialog et Atmel (4,6 milliards de dollars).

 

Les analystes sont optimistes. Trois atouts jouent en faveur d’une intégration réussie entre NXP et Freescale : des portefeuilles de produits assez complémentaires, deux cultures d’entreprise proches (issues respectivement de Philips et Motorola), et une tradition de coopération ancienne entre les deux entreprises notamment à travers les programmes collaboratifs de recherche Crolle I et Crolles II menés avec STMicroelectronics entre 2002 et 2007.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media