Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

NXP soutient une offre de reprise partielle du site de Caen

Social
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La direction de NXP France, ex-Philips Semi-conducteurs, devenue filiale du groupe américain KKR et du néerlandais Royal Philips, a présenté ce 21 avril en comité central d'entreprise une offre de reprise partielle des activités de l'usine historique de production de Caen (Calvados). Le projet est porté par un cadre du groupe associé à des investisseurs et des partenaires industriels « disposant d'un capital de plusieurs millions d'euros », affirme la direction. L'objectif des repreneurs est d'appliquer les technologies de miniaturisation de composants électroniques développées sur le site par NXP à de nouvelles applications.

Selon la direction de NXP, «cette nouvelle entreprise veut devenir le N°1 européen des technologies 3D. Elle cible le marché des composants passifs intégrés à forte valeur ajoutée pour des utilisations dans l'électronique professionnelle, le médical, la défense, l'énergie, l'aérospatial, les LED de haute performance, etc.». La reprise, si elle est ratifiée, s'accompagnerait de la reprise d'une ligne de production, de membres des équipes de R&D produits et procédés, de salariés du marketing, de la vente, et des fonctions support associées à l'activité. La nouvelle entité s'installerait sur le site actuel de l'usine NXP qui céderait des salles blanches et des machines à la nouvelle société.

NXP s'engage également à une assistance au démarrage sous forme de contrat de prestations. La signature définitive pourrait intervenir avant fin avril, après accord entre le repreneur et NXP pour un démarrage prévu durant la seconde quinzaine de mai 2009.

Cette reprise s' accompagnerait du recrutement de 90 salariés parmi les 220 licenciés du site industriel qui comptait encore, lors de sa mise en vente à l' automne dernier, 330 personnes. «Le projet sera étudié à la demande des représentants du personnel par le cabinet d'experts comptables Syndex pour jauger de sa validité, précise Michel Normand, délégué CFDT. Mais nous demandons que tous les salariés licenciés touchent leurs primes de licenciement, y compris les 90 salariés potentiellement recrutés par la nouvelle entité. On ne sait jamais, si la reprise était de courte durée... ».

De notre correspondant en Normandie, Patrick Bottois

L'édition 2008-2009 de « L'ATLAS DES USINES » est en vente. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.
 

 
media