Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Obama accepte une "coopération bilatérale" avec la France autour du cyber-renseignement

Suite aux révélations du Monde sur l'espionnage massif des services de renseignement américains sur les communications françaises, François Hollande a demandé des comptes à son homologue américain. De son côté, la NSA réfute les informations du Monde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Obama accepte une coopération bilatérale avec la France autour du cyber-renseignement
Obama accepte une "coopération bilatérale" avec la France autour du cyber-renseignement © Capture d'écran Associated Press

Suite à l'indignation des autorités françaises dans l'affaire Snowden, les Etats-Unis réagissent. Selon l'AFP, qui reprend les déclarations de la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem ce 23 octobre, le président Barack Obama aurait accepté le principe d'une "coopération bilatérale" exigée par François Hollande entre les services de renseignement français et américains.

L'objectif du gouvernement français est "d'y voir plus clair" dans l'affaire Snowden. Le 21 octobre, le quotidien Le Monde a en effet révélé les soupçons d'espionnage massif des communications publiques et privées françaises par la NSA, l'agence de renseignement américaine.

"Le président de la République a rappelé que nous avions à la fois un devoir de tout connaître, et donc a demandé que nous soient transmises toutes les informations utiles sur ces interceptions, et en même temps que les citoyens avaient un droit à être protégés", selon elle.

François Hollande a "demandé à ce que l'ensemble des informations dont pouvait disposer l'ancien consultant Snowden nous soient transmises, que nous soyons totalement éclairés", a poursuivi Najat Vallaud-Belkacem.

Obama et Hollande ont ainsi "convenu de travailler ensemble pour établir les faits et la portée exacte des activités de surveillance qui ont été révélées".

"Pourquoi encadrer et ne pas malgré tout neutraliser ? Parce que malgré tout, les interceptions et la coopération entre nos deux pays sur ce sujet peuvent être utiles à la lutte contre le terrorisme donc il faut pouvoir continuer à opérer de telles interceptions mais sans qu'on aboutisse à ces dérives qui ont vu le jour notamment sur les atteintes à la vie privée", a justifié la porte-parole, comme le rapporte l'AFP.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale