Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Objenious lance des offres de géolocalisation d’objets low cost et de réseau à la demande

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La filiale de Bouygues Télécom dédiée à l’Internet des objets Objenious, qui a déployé un réseau LoRa en France, grandit lentement. Elle lance une offre de géolocalisation d’actifs sans GPS et propose à ses clients de créer des mini réseaux locaux à la demande avec une box spécifique.

Objenious lance des offres de géolocalisation d’objets low cost et de réseau à la demande
Objenious lance des offres de géolocalisation d’objets low cost et de réseau à la demande © Objenious

L’Internet des objets n’est pas encore un puissant relais de croissance pour le groupe Bouygues. La filiale de Bouygues Télécom Objenious, créée en 2015, grandit un peu moins vite que prévu. Elle va réaliser un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros cette année, et devrait passer la barre des 100 000 objets connectés à son réseau LoRa d’ici 2018, alors que son président Stéphane Allaire tablait auparavant sur "plusieurs centaines de milliers" à ce stade. Mais le passage du buzz au biz se fait attendre. "Les industriels commencent à toucher du doigt le potentiel de l’IoT, mais cela prend du temps de digérer toute cette information et de mettre de nouveaux process en place, car c’est une transformation qui touche profondément leurs métiers", explique Stéphane Allaire.

 

Objenious a tout de même signé avec de gros clients comme Carrefour, Système U, SNCF, Somfy, la Sanef, Colas, Safran, mais pour des projets encore modestes. "On est sur quelques milliers de capteurs par projet pour l’instant. On espère changer d’échelle dans les mois à venir", confie le directeur général.

 

De la géolocalisation low cost

En attendant, Objenious agrandit et améliore son réseau, avec des mises à jour logicielles permettant de lancer de nouvelles offres et services. Il annonce un service de géolocalisation low-cost basé uniquement sur les données issues des 4300 antennes LoRa déployées en France, et non sur le GPS. L’opérateur "triangule" les objets en calculant le temps de transmission entre les différentes antennes et les objets. Une technique qui permet d’obtenir des précisions de l’ordre de 50 mètres en zone dense, 100 mètres en zone périurbaine et 250 mètres à la campagne. Pour comparaison, son concurrent Sigfox propose un service de géolocalisation à grosses mailles, Atlas, avec une précision de l’ordre de 5 à 10 km pour l’offre de base.


Ce service de géolocalisation sera vendu aux prix de 3 euros par an et par objet, avec une possibilité de tarifs dégressifs en cas de très gros volumes (comme c’est la règle dans ce business). Parmi les premiers utilisateurs, la division "supply chain" de Carrefour a connecté 8500 rolls (des chariots de grande capacité pour la logistique) et va pouvoir suivre leurs parcours de site en site, créer des alertes d’entrée et de sortie de zone… Objenious espère à terme connecter tous les équipements similaires de l’entreprise soit des centaines de milliers de pièces.

 

étendre le réseau à la demande

L’opérateur IoT annonce une autre nouveauté : la possibilité pour des clients industriels de créer leur propre réseau LoRa grâce à une box plug and play connectée en 4G, commercialisée par l’entreprise Dataprint. Il s’agit d’une gateway miniaturisée qui ne permet pas d’amplifier le signal LoRA provenant d’autres antennes mais bien de créer une véritable extension locale du réseau. Utile pour couvrir efficacement des zones difficiles d’accès comme des sous-sols ou des bâtiments très isolés sans avoir à créer, opérer et entretenir un réseau privé. Le tout pour 990 euros HT par an et par gateway. Avec cette nouveauté, l’opérateur espère convaincre les industriels de changer d’échelle pour leurs projets IoT.

 

LoRa teste le LTE-m dans une grande ville française
Créée en 2015 pour déployer un réseau LoRa, Objenious s’intéresse à d’autres technologies bas débit pour l’Internet des objets. "Nous testons le LTE-m dans une grande ville française" révèle Stéphane Allaire. "C’est une technologie complémentaire de LoRa car elle permet l’envoi de plus gros messages, mais consomme plus d’énergie. LoRa est davantage low cost et moins énergivore" . Interrogé sur le NB-IoT, l’autre technologie cellulaire pour l’Internet des objets, le directeur général semble plus circonspect. "Les déploiements ont pris du retard et semblent plus chers que prévu", juge-t-il. Objenious se dit prête à proposer ces différentes technologies à ses clients. "On a beaucoup appris ces deux dernières années et cela nous servira lorsque ces technologies arriveront" , commente Stéphane Allaire.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale