Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Objenious part en campagne pour démocratiser l'internet des objets

La filiale IoT de Bouygues Télécom a construit son réseau LoRa en 2016. 93% de la population est désormais couverte. Ses dirigeants misent sur une politique de partenariats pour développer de nouveaux usages autour de son réseau de communication bas débit longue distance.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Objenious part en campagne pour démocratiser l'internet des objets
Objenious a créé des outils de visualisation de données pour extraire une information utile de ses objets connectés. © Objenious

2017 sera l'année de la campagne présidentielle française… mais aussi du déploiement à grande échelle objets connectés ! Pour le prouver, Objenious, filiale Internet des objets de Bouygues Télécom, lance une campagne originale sur le web reprenant les codes de la communication politique, avec une profession de foi en sept points. Ses communicants ont même décidé de pasticher les campagnes des candidats aux dernières élections.

 

Plus de 4000 antennes lora activées

Alors le changement, dans l'IoT, c'est maintenant ? Oui, répond la société qui se veut une start-up au sein du groupe Bouygues, avec une trentaine de collaborateurs. Objenious dit avoir tenu sa promesse de 2016 : la construction de son réseau LoRa. "4 020 antennes ont été déployées, ce qui permet de couvrir 93% de la population et 84% du territoire, soit 30 000 communes", se félicite Stéphane Allaire, président d'Objenious. Un an après Sigfox, Objenious publie une carte de couverture et permet à chacun de tester l'égilibilité d'une adresse ou d'un point GPS. Il sera donc possible de comparer simplement l'égibilité LoRa (via Objenious) et Sigfox pour un lieu donné.

 

Mais la filiale de Bouygues Télécom se dit d'ores et déjà "premier réseau national dédié aux objets connectés", prenant comme critère le nombre d'antennes déployées. Puisque Sigfox dit avoir besoin de moins d'antennes pour couvrir la même surface, ce n'est pas forcément un critère pertinent, même si Objenious juge qu'il est "prépondérant" et surtout "mesurable".

 

40 clients et 100 partenaires

Objenious, après avoir déployé son réseau dans les temps, peut passer à la phase B : convaincre le grand public et les industriels d'utiliser son réseau. Des sociétés commencent à vendre des produits grand public incluant une connectivité LoRa (comme Idosens) et Objenious déclare avoir signé avec 40 clients professionnels, comme Carrefour, la SNCF, Primagaz, Colas… La filiale de Bouygues Télécom a aussi décroché un contrat auprès de la communauté de communes Pays d'Apt Lubéron pour connecter une dizaine de milliers de compteurs d'eau.

 

La fililale de Bouygues a par ailleurs réuni une centaine de partenaires, fabricants d'objets, intégrateurs, éditeurs de solutions, distributeurs, pour créer de nouveaux usages autour de son réseau. "Nous ne sommes pas des experts dans tous les domaines", explique Stéphane Allaire. "On préfère s'entourer de spécialistes dans chaque métier. Nous ne faisons pas nous-mêmes de conseil, mais nous appuyons sur des intermédiaires qui connaissent leurs marchés". Comme un éditeur de logiciel de maintenance prédictive ou un spécialiste du relevé de température, par exemple. Autant d'intermédiaires qui peuvent vendre des services connectés, via Objenious, à leurs propres clients.

 

Avec cette approche, Objenious espère passer de "quelques milliers" d'objets connectés sur son réseau aujourd'hui à "plusieurs centaines de milliers" fin 2017. La société va notamment se concentrer sur la signature de partenariats avec d'autres opérateurs LoRa à l'étranger pour permettre le suivi d'objets dans toute l'Europe, et même sur les autres continents. Un premier accord de roaming a été signé avec Digimondo en Allemagne et Senet aux Etats-Unis. Objenious va continuer à densifier son réseau d'antennes à la demande pour tenir sa promesse de géolocalisation sans GPS et de couverture à l'intérieur des bâtiments, même en sous-sol. Il dit avoir dépensé "plusieurs dizaines de millions d'euros" dans la construction de son réseau français... et espère commencer à en récolter les fruits dans les prochains mois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale