Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Obsolescence programmée de l'iPhone : Apple accepte de payer 500 millions de dollars de dédommagement

Vu ailleurs Accusé par des propriétaires d’anciens modèles d’iPhones d’obsolescence programmée, Apple consent finalement à régler jusqu’à 500 millions de dollars pour mettre fin au contentieux. Les plaignants devraient être indemnisés à hauteur de 25 dollars par iPhone détenu et verront leurs frais d'avocats remboursés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Obsolescence programmée de l'iPhone : Apple accepte de payer 500 millions de dollars de dédommagement
Obsolescence programmée de l'iPhone : Apple accepte de payer 500 millions de dollars de dédommagement © Apple

Apple a finalement consenti à verser jusqu’à 500 millions de dollars à des propriétaires d’iPhones américains qui l’accusaient d’avoir ralenti le fonctionnement de ses appareils. Des baisses de performances volontaires aux yeux de clients, dans le but de les inciter à acheter des modèles plus récents. Comme le rapporte Reuters, un accord financier a été donc trouvé entre les deux parties a été trouvé vendredi 28 février 2020, après deux ans de procédure. Apple n’a pas commenté cette décision.

 

UNE INDEMNISATION DE 25 DOLLARS

Apple s’est ainsi engagé à payer 310 millions de dollars au minimum – un chiffre qui pourra monter à 500 millions, si besoin – pour régler les frais d’avocat des propriétaires d’iPhones 6, 7 et SE, par ailleurs indemnisés à hauteur de 25 dollars chacun par appareil.

 

Les avocats des plaigants, qui devraient se voir octroyer jusqu’à 30% de la somme totale – soit jusqu’à 93 millions de dollars –, décrivent les termes de l’accord comme "justes, raisonnables et adéquats". Ces derniers devront être validés lors d’une audience qui aura lieu début avril pour prendre effet. 

 

Un précédent en France

Apple avait reconnu dès décembre 2017 avoir procédé à de telles opérations… mais seulement pour "compenser le vieillissement des batteries et éviter que les iPhones s’éteignent de façon intempestive". La marque à la pomme a, dans les faits, toujours nié s’être livrée à pratiquer l’obsolescence programmée. "Nous n'avons jamais fait et ne ferons jamais quelque chose pour raccourcir intentionnellement la durée d’existence d'un produit Apple ou encore réduire la qualité de nos produits pour amener [les consommateurs] à en changer", avait-elle alors martelé.

 

Pour mémoire, la firme de Cupertino a été sanctionnée en France pour des pratiques similaires le mois dernier. Il lui était reproché de ne pas avoir informé ses utilisateurs que les mises à jour de son système d’exploitation iOS ralentissaient les modèles d’iPhones les plus anciens. Résultat des courses : 25 millions d’euros d’amende pour "pratiques commerciales trompeuses par omission" – l’obsolescence programmée n’ayant finalement pas été retenue. Apple est aussi contraint de publier la décision de justice sur son site Internet pendant 30 jours. La multinationale a affirmé être "heureuse de cette issue", jugée préférable à un procès dont les retentissements médiatiques auraient encore davantage écorné son image.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media