Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Oculus Connect 6] Facebook annonce Live Maps, un projet de cartographie du monde en 3D

Vidéo Facebook ne sortira pas de lunettes de réalité augmentée avant plusieurs années. L'entreprise a tenu à clarifier les choses concernant ses projets lors de sa conférence Oculus Connect 6. Elle continue néanmoins de travailler sur tous les aspects de ces futurs produits, y compris les cartes 3D nécessaires à leur fonctionnement. Elle a dévoilé Live Maps, un projet encore en phase de recherche qui aura pour objectif de créer un jumeau numérique du monde entier de cette manière. Elle a aussi présenté de nouvelles démonstrations de ses technologies de création d'avatars et d'environnements photoréalistes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook annonce Live Maps, un projet de cartographie du monde en 3D
[Oculus Connect 6] Facebook annonce Live Maps, un projet de cartographie du monde en 3D © Facebook

Andrew Bosworth, qui dirige les efforts AR/VR de Facebook, a annoncé sans fard que l'entreprise développe des lunettes de réalité augmentée. Cette déclaration, qui a eu lieu le 25 septembre 2019 lors de la conférence annuelle de Facebook sur la réalité virtuelle, Oculus Connect 6, n'a pas surpris car en plus de tomber sous le sens, l'information avait été déjà confirmée officiellement à plusieurs reprises.

 

Pas de lunettes de réalité augmentée avant plusieurs années

Il a cependant donné une autre information beaucoup plus importante : ces lunettes ne sortiront pas avant "quelques années". Il confirme ce faisant les dernières fuites sur le projet, qui estimaient sa sortie entre 2023 et 2025. Facebook voit la réalité augmentée comme complémentaire à la réalité virtuelle, chacune étant plus adaptée que l'autre à certains cas d'usage.

 

Live Maps, un jumeau numérique du monde

Bien que l'entreprise n'ait pas montré de prototype, elle a cependant dévoilé plusieurs projets de recherche qui seront clé pour ces expériences de réalité augmentée, à commencer par Live Maps. Il s'agit d'un projet de création d'un jumeau numérique du monde réel qui serait partagé entre plusieurs utilisateurs. Cela passe évidemment par la numérisation de celui-ci (avec plusieurs couches : son volume, sa texture, ses interactions…), mais aussi par l'intégration de systèmes de localisation des utilisateurs dans l'environnement.

 

La création de cette carte 3D du monde sera nécessairement mutualisée. Facebook voudrait à terme que les utilisateurs capturent leur environnement via leurs appareils électroniques (smartphones, lunettes...) et les envoie dans le cloud. Naviguer dans des environnements déjà cartographiés réduirait énormément la puissance requise par de futures lunettes de réalité augmentée.

 

 

 

Facebook n’est ni le seul ni le premier à s’intéresser à ce genre "d’infrastructure numérique". Google, Microsoft ou la start-up 6d.ai (partenaire de Qualcomm) développent leurs propres solutions en la matière. La raison en est simple : cette "carte 3D du monde" est essentielle pour que plusieurs personnes équipées chacune de leur propre appareil de réalité augmentée puisse voir le même objet virtuel au même endroit et de façon persistante dans le monde réel. Facebook met aussi en avant d'autres cas d'usage : affichage d'informations contextuelles sur le lieu où on se trouve, assistant personnel plus pertinent car comprenant ce qui l'entoure, téléportation n'importe où dans le monde sous forme d'avatar.

 

Quid du respect de la vie privée ?

Un sujet inévitable concernant cette technologie est celui du respect de la vie privée, d'autant plus quand il s'agit de Facebook. L'entreprise a été impliquée dans plusieurs scandales ces dernières années, à tel point que Mark Zuckerberg, son CEO, s'est engagé en mars dernier à faire de la vie privée la priorité de Facebook. Ce fut l'une des questions évoquées par la presse lors d'une session de questions-réponses avec Andrew Bosworth, qui dirige les efforts AR/VR de Facebook. Comment gérer les espaces privés, ou la capture de lieux publics dans lesquels se trouvent des inconnus ?

 

 

Il n'a pas fourni de réponse claire, le projet n'étant pas encore suffisamment avancé selon lui pour qu'une stratégie en la matière soit arrêtée. Il a cependant déclaré que ce sujet doit être étudié dès maintenant. "L'un des éléments desquels va dépendre le succès ou non de ces appareils est leur acceptation sociale, le fait que les gens soient confortables avec. Nous n'avons pas encore de réponse sur ce qu'il faudra faire, mais cette conversation doit avoir lieu dès aujourd'hui."

 

Il est aussi revenu sur la capacité de Facebook à se réinventer, déclarant que le public la sous-estime. Il a pris pour exemple la transition de l'entreprise du web vers les applications mobiles, qui fut un changement majeur mais aussi une grande réussite. D'après lui, cette nouvelle transition vers la vie privée est la plus grande qu'ait jamais connu Facebook.

 

Vers le photoréalisme... à long terme

En marge de l'annonce de Live Maps, Facebook a donné des nouvelles de ses projets d'avatars et d'environnements photoréalistes. Sur scène, Andrew Bosworth a présenté une vidéo dans laquelle lui et son père apparaissent sous forme d'avatars simplifiés dans une pièce recréée à la perfection. Il s'agit là encore d'un projet de recherche de Facebook Reality Labs qui est encore très loin d'arriver sur le marché.

 

 

Une démonstration sur le même thème ("Shared Spaces") était disponible lors de l'événement, mais il s'agissait juste d'un mini-jeu simpliste dans une pièce capturée par une photogrammétrie sommaire et avec des avatars ne ressemblant en rien aux participants. Le résultat était très décevant, sans commune mesure avec la preuve de concept mise en avant sur scène.

 

Lors de la keynote, Michael Abrash, qui dirige les Facebook Reality Labs, a aussi donné un aperçu des progrès des "codec avatars", ces reproductions ultra-réalistes des individus qui reproduisent leurs expressions en temps réel. On est là encore à des années de la création d'un produit, mais la qualité des expressions du visage a été améliorée, et un prototype d'avatar du corps entier a été présenté pour la première fois.

 

 

La vision de Facebook avec ces projets est de réussir à reproduire le sentiment d'être vraiment dans une pièce avec quelqu'un, même lorsqu'on est à distance. Une tâche des plus ardues qui implique de reproduire à la perfection les plus infimes expressions et mouvements de son interlocuteur. L'entreprise y voit une forme de téléportation, qui se rapprochera au maximum d'une vraie présence physique dans un lieu avec ses proches. Michael Abrash y voit entre autres le futur du télétravail, ces technologies éliminant presque intégralement le besoin de se déplacer physiquement sur son lieu de travail.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media