Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Oculus Connect 6] L'Oculus Quest va faire du hand tracking et pourra bientôt se connecter à un PC

Vidéo Facebook pense avoir trouvé le bon compromis pour assurer le succès de la réalité virtuelle avec l'Oculus Quest. L'entreprise s'est donc principalement concentrée sur son casque autonome lors de son évènement phare, Oculus Connect 6. Elle y a annoncé entre autres une nouvelle fonctionnalité native de suivi des mains et des doigts, ainsi que la possibilité de connecter le Quest par câble à un PC pour profiter des expériences Rift. Le développeur Respawn Entertainment y a également dévoilé son jeu Medal of Honor: Above and Beyond.
mis à jour le 26 septembre 2019 à 06H27
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Oculus Quest va faire du hand tracking et pourra bientôt se connecter à un PC
[Oculus Connect 6] L'Oculus Quest va faire du hand tracking et pourra bientôt se connecter à un PC © Facebook

A l’occasion de sa conférence Oculus Connect 6, qui se tient les 25 et 26 mars 2019 à San Jose (Californie), Facebook a détaillé ses projets à venir en matière de réalité virtuelle et augmentée. Etant donné la sortie de l’Oculus Quest et de l’Oculus Rift S au mois de mai, les annonces se sont concentrées exclusivement sur la partie logicielle et contenus.

 

Parmi les principales annonces : le suivi des mains en temps réel sur l'Oculus Quest, une nouvelle plate-forme sociale appelée Facebook Horizon qui unifie les écosystèmes Quest (casque tout-en-un) et Rift (casque PC), et la possibilité de profiter des jeux PC sur l’Oculus Quest grâce à une connexion par câble appelée Oculus Link.

 

100 millions de dollars de revenus sur l'Oculus Store

Mark Zuckerberg a ouvert la conférence en déclarant que l’implication de Facebook dans les technologies immersives est cruciale car l’entreprise cherche à créer des expériences centrées autour des gens et pas autour des applications, comme c’est encore le cas pour les ordinateurs et smartphones.

 

Il est également revenu sur le succès de l’Oculus Quest, affirmant "les vendre aussi vite que nous les fabriquons. La demande est supérieure à nos attentes." De rares chiffres concrets ont été fournis pour l’occasion : les contenus de l’Oculus Store ont généré 100 millions de dollars de revenus depuis son lancement fin 2015. Plus impressionnant, 20% de cette somme provient des contenus de l’Oculus Quest, qui est sur le marché depuis moins de 5 mois.

 

 

Mike Verdu, qui chapeaute désormais les jeux Oculus sous la direction de Jason Rubin, a précisé que 80% des acheteurs du Quest ont aussi acheté un contenu sur l’Oculus Store lors du mois suivant. Et rappelé quelques témoignages de développeurs, comme ceux de Superhot qui ont vendu 3 fois plus de jeux sur Quest que sur Rift au lancement, ou de Red Matter qui ont annoncé avoir dépassé les ventes du jeu sur Rift (sorti 15 mois auparavant) au bout d’un mois.

 

Le Quest en vedette, au détriment des Rift S et Go

Ce succès fait de l’Oculus Quest la coqueluche de Facebook. L’événement lui était presque intégralement consacré au détriment de l’écosystème Rift et de l’Oculus Go, ce dernier étant relégué au visionnage de vidéos. Difficile d’imaginer la sortie d’un second modèle du Go aujourd’hui, malgré les déclarations initiales de Facebook à ce sujet il y a un an. Oculus a d’ailleurs annoncé la sortie des 50 meilleurs jeux exclusifs au Go sur le Quest dans un futur proche (sans préciser lesquels), plus un la possibilité de recevoir un jeu gratuitement sur Quest si on en possède déjà une version sur Go.

 

Pour inciter encore un peu plus à l’achat, Mark Zuckerberg s’est aussi engagé à ce que tous les jeux de l’Oculus Quest soient compatibles avec les futurs casques VR de Facebook, garantissant qu’investir maintenant ne soit pas une source de regrets, ni pour les développeurs, ni pour les consommateurs.

 

Plus besoin de contrôleurs pour les interactions basiques

La première grande annonce est l’arrivée du suivi des mains et des doigts en temps réel sur l’Oculus Quest. Il s’agit d’un véritable tour de force, car le système ne se base que sur les caméras du Quest (sans capteur de profondeur ni quoi que ce soit d’autre) et s’appuie sur le sous-composant DSP du Snapdragon 835 de l’appareil, ce qui fait qu’il n’impacte pas ou peu les performances du CPU et du GPU. Il utilise des réseaux de neurones profonds (deep neural networks).

 

Cette fonctionnalité sera disponible en beta via une mise à jour logicielle au cours du premier trimestre 2020. Elle sera également ouverte aux développeurs qui souhaitent l'intégrer à leur applications. Elle permettra aux utilisateurs de naviguer les menus de l’appareil sans utiliser de contrôleur, même si ces derniers resteront de mise pour les jeux ou applications les plus complexes.

 

 

Deux applications sont présentées à l’événement : Elixir, un petit jeu développé par Magnopus et Oculus Studio, et une application de formation professionnelle pour Farmers Insurance. Cette fonctionnalité sera déterminante pour le marché professionnel, les contrôleurs étant souvent des freins à l’adoption pour un public moins à l’aise avec les nouvelles technologies. Son intégration native dans Quest représente un avantage majeur pour Oculus face à la concurrence. Découvrez nos impressions détaillées dans cet article dédié.

 

Pas de hand tracking sur Rift S

A noter que cette fonctionnalité n’est pas annoncée sur Oculus Rift S pour le moment, Facebook mentionnant des difficultés techniques pour y parvenir. Une déclaration qui laisse entendre que le développement s’est concentré sur le Quest et son architecture spécifique, à tel point qu’il n’est pas simple de le transposer sur PC.

 

Dans la même veine, Passthrough+, fonctionnalité qui permet de voir son environnement via les caméras du casque avec plus de réalisme, arrivera la semaine prochaine sur le Quest. Elle n’était jusqu’à présent disponible que sur Rift S. "Passthrough on demand", qui permet d’activer cette fonctionnalité à n’importe quel moment par une double pression du bouton Oculus, sera disponible sur Quest en 2020.

 

 

Quest pourra bientôt profiter des jeux Rift

Deuxième coup dur pour le Rift : l’arrivée dès novembre 2019 de la fonctionnalité Oculus Link. Elle permettra aux possesseurs d’un Oculus Quest de connecter le casque par câble à un ordinateur pour bénéficier des jeux PC jusqu’ici réservés au Rift. La fonctionnalité sera compatible avec "la plupart des câbles USB 3.1 premium du marché", mais Facebook commercialisera également son propre câble haut de gamme qui permettra une meilleure qualité et la possibilité de recharger la batterie du Quest tout en l’utilisant. Nous avons pu tester Oculus Link, retrouvez nos impressions dans cet article dédié.

 

Avec cette fonctionnalité, l’achat d’un Rift S devient difficile à justifier. Les deux casques coûtent le même prix, mais l’Oculus Quest est autonome et peut fonctionner dans n’importe quel environnement. Les Rift et Rift S avaient jusqu’à présent l’avantage d’avoir accès à des jeux plus chiadés, uniquement possibles sur PC, mais le Quest pourra bientôt en faire autant. Que reste-t-il donc au Rift S ? Un champ de tracking des contrôleurs un peu plus grand, un système d’attache un peu plus confortable, une fréquence de rafraîchissemennt un peu plus élevée (80 Hz contre 72 Hz)… Et c’est tout. Less écrans se valent, et le Quest dispose d’un réglage de l’IPD que n’a pas le Rift S. Il a aussi plus d’accessoires, comme des écouteurs dédiés pour une meilleure immersion.

 

Lors d’une session de questions-réponses avec la presse, Andrew Bosworth, qui supervise toute la division AR/VR chez Facebook, a répondu à L’Usine Digitale que le prix du câble (non communiqué pour le moment) et le confort du système d’attache font que le Rift S restera pertinent au prix de 449 euros (le même que le Quest). Une affirmation que nous jugeons peu crédible. Une baisse de prix de l’Oculus Rift S au cours des 6 prochains mois semble presque inévitable aujourd’hui.

 

 

Respawn annonce Medal of Honor: Above and Beyond

Le Rift S connaît cependant un certain succès d'après Facebook. L'entreprise affirme que 60% des acheteurs du casque n'avaient jamais acheté de produit Oculus auparavant. Oculus Connect oblige, Facebook a donné des nouvelles des jeux AAA (à gros budget) exclusifs à sa plate-forme PC. On sait désormais qu’Asgard’s Wrath sortira le 10 octobre et que Stormland sera disponible le 14 novembre. Ils coûteront chacun 39,99 euros.

 

Par ailleurs, Respawn Entertainment (Titanfall, Apex Legends) a levé le voile sur son jeu VR en développement. Il s’agit de Medal of Honor: Above and Beyond. Un retour aux sources pour Vince Zampella et ses équipes, rendu possible par le rachat du studio par EA (qui possède la license Medal of Honor) en 2017. Il s’agit du premier jeu de la série depuis 2012. Il prend place lors de la deuxième guerre mondiale, le joueur incarnant un membre de l’OSS, l’agence de renseignements américaines qui a précédé la CIA.

 

Nous avons pu tester le jeu pendant une heure sur trois missions solo et il s'avère prometteur tant du point de vue du gameplay que des graphismes et de l'ambiance sonore. Reste cependant à voir comment sa campagne d'une dizaine d'heures sera construite : déroulement continu ou "niveaux" séparés. A noter qu'un mode multijoueur sera aussi présent. La sortie du jeu est prévue pour 2020. Toujours côté gaming, le second épisode de la série Vader Immortal est disponible dès aujourd’hui sur Oculus Quest et Rift. Le mode de jeu 360° de Beat Saber sera quant à lui disponible en décembre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media