Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

OfficeVibe mesure l'engagement des salariés (avec l'accent québecois)

C'est le rêve (ou le cauchemar) de nombreux DRH : connaître en temps réel le pouls de l'entreprise et l'engagement des salariés.  La start-up canadienne OfficeVibe, de Montréal comme son nom ne l'indique pas, offre une solution Saas pour ce faire.  Elle revendique 1000 clients dans 100 pays. Nous l'avons rencontrée sur le congrès HR tech 2016 où elle venait pour conquérir l'Europe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

OfficeVibe mesure l'engagement des salariés (avec l'accent québecois)
Salarié qui sourit, entreprise qui fait du profit. © Fotolia

"Gsoft développe depuis 10 ans des logiciels autour du bonheur et du bien-être au travail. Quand les fondateurs ont voulu un outil pour mesurer le bien de leurs employés, ils n'ont rien trouvé", se souvient Nicolas Aubertin, le brand manager d'OfficeVibe, la start-up de 30 personnes qui est née du constat de ce manque.

 

Car quand on dirige une entreprise de services numériques montréalaise et qu'on rencontre un problème, on crée une nouvelle jeune pousse. Cap sur le bien-être au travail façon nord-américain, c'est-à-dire de manière assumée : "Un salarié plus heureux est plus engagé et plus productif ", expliquent en choeur l'ambassadeur de la marque et le directeur technique, par ailleurs associé, Guillaume Roy.

 

Des hésitations et un pivot

Tout est né d'un séminaire d'entreprise réalisé chaque fin d'année. Pour sa troisième édition, les dirigeants de Gsoft pensent proposer l'élaboration d'un jeu collectif et ils créent une première version du baromètre des salariés. Ils le lancent sur le marché mais doivent constater au bout d'un an que le produit ne suscite pas l'enthousiasme. "Nous offrions la solution à nos clients mais ils n'avaient pas le mode d'emploi", explique Guillaume Roy.

 

Une refonte complète a alors lieu en 2014 et l'outil ludique devient un moyen de mesurer l'engagement des salariés en temps réel. "Les grandes enquêtes annuelles comme on les faisait sont sûrement utiles, décrypte Nicolas Aubertin, mais on était persuadé que les entreprises avaient besoin d'un outil plus immédiat".

 

Un thermomètre et des traitements

Ainsi, l'outil développé par l'entreprise offre de faire une enquête toutes les semaines ou deux fois par mois, en posant des questions mesurant 10 variables parmi lesquelles figurent la qualité de la relation avec le manager, la qualité des feedbacks professionnels... Pour cela, l'enquête est à chaque fois rapide à faire, et l'interface graphique proposée est plutôt ludique.

Pour éviter que les résultats ne finissent dans un dossier non utilisé, le service en ligne offre des conseils selon les résultats obtenus, avec, notamment, une rubrique "trucs et astuces", pour donner des "outils aux managers et les aider à créer un meilleur environnement de travail", précise Guillaume Roy. Par exemple, le manager peut trouver des conseils sur la façon d'aborder la question du salaire avec ses équipes, s'il ressort de l'enquête que les salariés pensent que les critères de rétribution de l'engagement ne sont pas clairs... Autre fonctionnalité disponible : la possibilité de se comparer avec la moyenne des clients sur les différents critères ou par rapport aux entreprises comparables de son industrie.

 

Le "standard and Poor" de l'engagement des salariés

La solution est proposée en mode Saas et son coût dépend du nombre de salariés par mois qui utilisent le service. Les résultats sont facilement intégrables avec les outils Google ou Office 365, mais aussi avec le système d'infomations RH Zenefits. "Nous pouvons déployer un compte pour une entrepise en moins de dix minutes", assure Guillaume Roy qui revendique aujourd'hui 1000 clients dans 100 pays. 45 % d'entre-eux sont aux Etats-Unis. En Europe, "beaucoup" sont à Londres et OfficeVibe indique avoir "plusieurs clients en France". Le compte moyen est une entreprise de 50 à 2000 employés, poursuit-il.

 

Pour l'heure, la start-up n'a pas levé de fonds, elle est autofinancée. Sa présence au salon HR Tech à Paris n'est pas un hasard. Elle vise maintenant le marché européen sur lequel elle veut se développer en proposant bientôt une version en allemand, portugais et espagnol en plus des actuelles versions française et anglaise. "Nous voulons être les leaders mondiaux du calcul d'engagement", assume Guillaume Roy. A terme, il verrait bien la note d'engagement calculée par son logiciel en ligne devenir la norme de la mesure d'engagement.

 

 

Sur le site de l'entreprise se trouve un blog avec des infographies très ludiques, comme celle-ci spéciale Halloween : les 11 statistiques qui devraient effrayer tous les DRH 

 

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media