Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ombrea lève 10 millions d’euros pour une agriculture préservée des aléas climatiques

Levée de fonds Née et implantée à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), l’entreprise "agritech" Ombrea a breveté un système de protection des cultures contre les événements climatiques, piloté par une solution d’intelligence artificielle au gré de la météo. Sa levée de fonds doit accélérer son déploiement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ombrea lève 10 millions d’euros pour une agriculture préservée des aléas climatiques
Ombrea lève 10 millions d’euros pour une agriculture préservée des aléas climatiques © Ombrea

Piloter le climat, un défi impossible ? Pas pour Ombrea, une société cofondée en 2016 à Aix-en-Provence par Julie Davico-Pahin et son père Christian, agriculteur, à la suite d’une catastrophe naturelle qui avait dévasté le quart de sa production de feuillages.

Son idée ? Développer un système d’ombrières photovoltaïques connectées au-dessus des cultures de plein champ afin de les protéger des aléas climatiques (gel, sécheresse, pluies violentes…) mais aussi d’accroître leur rendement en créant un microclimat favorable à la croissance des plantes en jouant sur le taux d’humidité, l’ensoleillement, les températures...

La technologie s’adapte à tout type de production (maraîchage, horticulture, viticulture, arboriculture, plantes à parfum et médicinales…) et est régulée par un automatisme d’ouverture et de fermeture en fonction des besoins vitaux de ces plantes. Les capteurs installés récoltent les données météorologiques sur les parcelles équipées et les ombrières s’ajustent.

Prédire le risque climatique pour mieux s'en protéger
En utilisant de l’intelligence artificielle, Ombrea va jusqu’à intégrer une analyse prédictive du risque climatique, grâce à un algorithme, conçu en interne, avec des docteurs en biologie et des ingénieurs en informatique et en mécatronique. En cinq ans, la société a recruté près d’une cinquantaine de personnes et noué des partenariats avec des groupes tels que TotalEnergies, la Société du Canal de Provence, ou des instituts de recherche (Astredhor Mediterranée, Institut français de la vigne et du vin…).

Sa levée de fonds de 10 millions d’euros, officialisée ce 29 septembre, lui fait franchir un nouveau cap pour déployer à grande échelle son innovation et poursuivre sa R&D afin de la doter de fonctionnalités supplémentaires.

L’énergie produite finance l’investissement
"Nous ne pouvons plus ignorer les effets du réchauffement climatique et les risques qu’il représente pour les agriculteurs, ces derniers mois l’ont prouvé en France, confiait Julie Davico-Pahin voici quelques jours à des entrepreneurs provençaux. Nous voulons les aider à reprendre la maîtrise de leurs cultures."

"En août, des vignobles varois qui en étaient équipés ont été protégés de la grêle. Nous avons aussi des études actant un accroissement des rendements de production de 17% sur des cultures de pivoines, avec une économie de 30% de la consommation d’eau en période estivale. Notre atout, c’est de connaître notre marché et de permettre un financement des équipements : la production d’énergie porte l’investissement."


Un recrutement de 50 personnes en cours
Grâce à la levée de fonds, Ombrea prévoit de recruter 50 collaborateurs supplémentaires. Pour Christian Davico, l’entreprise veut construire "une agriculture durable, résiliente et performante". En 2019, la start-up avait réalisé une première levée de fonds d’un million d’euros auprès de Région Sud Investissement, CAAP Création (structure de capital-risque du Crédit Agricole Alpes-Provence) et Alumni Business Angels.

Mirova (société de gestion spécialisée dans l’investissement durable et affiliée à Natixis Investment Managers) entre aujourd’hui au capital comme investisseur principal en compagnie de CMA CGM, armateur mondial siégeant à Marseille, deux entrepreneurs français et Région Sud Investissement. Sept millions d’euros sont apportés immédiatement, 3 millions supplémentaires sous forme de dette auprès des partenaires bancaires historiques.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.