Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

On connaît (enfin) la date de sortie de l'application de pistage StopCovid

Vu ailleurs Le 2 juin 2020 sera le jour du déploiement de l'application de contact tracing StopCovid qui a pour objectif de détecter les chaînes de transmission du SARS-CoV-2. Mais des tests seront menés dès la semaine prochaine pour vérifier que le dispositif fonctionne correctement. Le gouvernement a tenu à réaffirmer que le système proposé par Google et Apple n'a pas été retenu.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

On connaît (enfin) la date de sortie de l'application de pistage StopCovid
On connaît (enfin) la date de sortie de l'application de pistage StopCovid © Kate Trifo-Unsplash

Le secrétaire d'Etat chargé du Numérique Cédric O a annoncé que le 2 juin 2020 serait la date officielle du lancement pour le grand public de l'application de contact tracing StopCovid. Interviewé le 5 mai 2020 par BFM Business, il précise que ce dispositif rentrera en phase de test dès le 11 mai soit la date prévue pour le début de déconfinement. "Nous reproduirons des situations réelles pour vérifier que l'application fonctionne bien", a précisé Cédric O.

Apple refuse d'apporter son aide
"Nous avons encore une roadmap technique importante", confie Cédric O. Il regrette qu'Apple ait refusé de "faire en sorte marche encore mieux sur les iPhones pour une raison que [il] ne [s]'explique guère". La firme américaine refuse d'autoriser l'usage du Bluetooth lorsque l'application n'est pas active en avançant des raisons de sécurité. "C'est regrettable que dans une période où chacun est mobilisé pour aider à lutter contre l'épidémie qu'une grande entreprise n'aide pas un gouvernement", a-t-il déploré. Dans le même temps, il promet que StopCovid fonctionnera quand même très bien sur les iPhones.
 

Il est hors de question d'opter pour le système proposé par Apple et Google "pas parce que ce sont de grands méchants loups". "La solution (…) pose, selon nous, un certain nombre de problèmes en termes de protection de la vie privée et d'interconnexion avec le système de santé", a estimé le secrétaire d'Etat. "La lutte contre le coronavirus est l'affaire des Etats et de la puissance publique", a-t-il indiqué. Une position à l'opposé de celle adoptée par l'Allemagne, qui a annoncé le 26 avril 2020 opter finalement pour la solution proposée par les deux grandes entreprises technologiques.

Un vote avant le déploiement
Par ailleurs, la semaine du 25 mai 2020 sera l'occasion pour les parlementaires de débattre et voter sur cette application. Pour rappel, un scrutin était attendu le 28 avril 2020 lorsque le Premier ministre Edouard Philippe a présenté la stratégie de déconfinement. "Pour l’heure, je serais bien en peine de dire si elle fonctionne, et je ne doute pas que les ingénieurs travailleront d’arrache-pied pour y parvenir. Le débat est quelque peu prématuré. Mais je confirme mon engagement : lorsque l'application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en œuvre, nous organiserons un débat spécifique, suivi d'un vote spécifique", avait-il avancé devant l'Assemblée nationale.


Avant son lancement officiel, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) devra se prononcer à nouveau sur l'application. L'autorité avait déjà rendu un premier avis sur StopCovid où elle émettait quelques doutes en alertant sur le risque de croire au "solutionnisme technologique".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media