Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Oodrive, le Box français, lève 65 millions d’euros pour accélérer sa croissance en Europe

Levée de fonds Le spécialiste français du partage de fichiers en ligne Oodrive procède à une levée de fonds de 65 millions d’euros. De quoi réaménager son capital et financer son expansion en Europe avec l’objectif de doubler de chiffre d’affaires dans 3-4 ans.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Oodrive, le Box français, lève 65 millions d’euros pour accélérer sa croissance en Europe
Le partage de fichiers, l'un des service cloud d'Oodrive © Oodrive

Encore une levée de fonds pour Oodrive. Elle est réalisée auprès des fonds d’investissement Tikehau Capital, MI3 et NextStage. Elle se monte 65 millions d’euros. De quoi donner au Box français les moyens d’accélérer son expansion en Europe. C’est son quatrième tour de table et de loin le plus important. Les trois autres représentent au total un apport de 11,5 millions d’euros.

 

8 datacenters en propres

Créée en 2000 à Paris par deux frères, Edouard et Stanislas de Rémur, et leur ami Cédric Mermilliod, Oodrive fournit des services cloud de partage de fichiers, comme l’américain Box, mais aussi des services de sauvegarde et d’archivage de données ainsi que des solutions de confiance numérique. Pour livrer ses services, la société s’appuie sur huit datacenters en propre chez des hébergeurs informatiques, dont deux en France. "Nous tenons à maitriser notre infrastructure pour réduire les coûts, rester flexibles et respecter les réglementations européennes en matière de sécurité des données, justifie Stanislas de Rémur, président et cofondateur. Nous reposer sur le cloud de prestataires américains comme Microsoft ou Amazon Web Services irait à l’encontre de notre stratégie fondée sur la proximité, la souplesse et la sécurité." Cette pépite du cloud français compte 350 personnes, dont 310 en France, et affiche un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros en 2016, en croissance de 12%.

Une petite moitié des fonds levés servira à réaménager le capital en finançant la sortie des fonds Time Equity Partners et Keensight Capital qui ont fait leur entrée dans le société lors des tours de table de 2011 et 2013. Mais la plus grande moitié ira au renforcement des équipes et au financement d'acquisitions. "Depuis le début de 2017, nous avons embauché 40 personnes et nous devrions en recruter autant d’ici à la fin de l’année, confie Stanislas de Rémur. Ces embauches se font pour un tiers en R&D, un tiers dans le commercial et un tiers dans le reste."

 

Renforcer la présence dans 5 pays européens

Présent aujourd’hui dans cinq pays européens (France, Allemagne, Belgique, Suisse et Espagne), au Brésil et à Hong Kong, Oodrive veut consolider sa position là où il dispose déjà de filiales et pourquoi pas s’implanter dans de nouveaux pays européens, comme la Suède ou la Norvège. Mais pas question d’aller aux Etats-Unis ni au Royaume-Uni où la concurrence d’acteurs américains est un obstacle majeur.

"Nous cherchons à nous renforcer notamment en Allemagne, car c’est le marché le plus important pour nous, note le patron d’Oodrive. Mais nous faisons face à de nombreux concurrents allemands. Une acquisition nous donnerait une sacrée impulsion. Pour de nouveaux pays, il nous sera plus facile et rapide de nous y implanter par acquisition, comme nous l’avons fait en Belgique avec le rachat en 2008 de BlueBackup, que de partir de zéro."

L’objectif est de doubler le chiffre d’affaires dans 3-4 ans pour moitié par croissance externe et pour moitié par acquisitions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale