Open data : la RATP libère ses données temps réel

La RATP a investi un million d'euros pour proposer une API, qui permet d’accéder, en temps réel, aux horaires des prochains passages pour les bus, tramways, métros et RER de son réseau. Au-delà de 30 millions de requêtes par mois vers cette API, le service devient payant.

Partager
Open data : la RATP libère ses données temps réel
Dans le cadre de sa démarche d’ouverture des données de transport, la RATP propose une API qui permet d’accéder, en temps réel, aux horaires des prochains passages pour les bus, tramways, métros et RER de son réseau.

Depuis le 3 janvier dernier, la RATP a mis à disposition des développeurs un nouveau jeu de données. Mais pas n’importe lequel : celui des données temps réel de la circulation des bus, tramways, métros et RER de son réseau. Cette publication n’est pas anodine, car jusqu’à présent les applications de planification de trajets ne pouvaient s’appuyer que sur les horaires théoriques de la RATP, et non sur les horaires mis à jour en temps réel.

La régie des transports parisiens a donc tenu sa promesse. En juillet dernier, Nathalie Leboucher, directrice stratégie, innovation et développement du groupe, avait confié à L’Usine Digitale que la stratégie digitale du groupe ne ferait pas l'impasse sur l'Open Data, avec une plus grande ouverture des données de l’entreprise.

Un investissement d’un million d’euros

La mise en ligne de cette API intervient également quelques mois après une levée de boucliers dans l'écosystème français de l’open data, explique un article du Monde. En avril dernier, la RATP avait été accusée par la société Citymapper de l’empêcher d’utiliser ses données temps réel. Suite à cette polémique, une pétition en ligne avait mobilisé plus de 18 000 signataires, raconte le quotidien.

« Nous avons travaillé pendant six mois et investi un million d’euros pour dupliquer nos serveurs et préparer cette ouverture des données temps réel dans de bonnes conditions » explique à nos confrères, Dominique de Ternay, le directeur marketing de la régie publique.

Un modèle freemium

Autre précision : au-dessus de 30 millions de requêtes par mois, le service deviendra payant. Une option que la RATP a légalement le droit de proposer afin de couvrir les frais des infrastructures engendrés par de gros volumes de requêtes.

Dans les mois à venir, le transporteur entend également étoffer la vingtaine de jeux de données statiques jusqu’à présents ouverts, précise le JDN.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS