Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

OphtAI utilise l'IA pour dépister les maladies oculaires des personnes diabétiques

La joint-venture française OphtAI commercialise un logiciel qui dépiste la rétinopathie diabétique, une maladie qui rend aveugle les personnes diabétiques. Elle vient de gagner le prix de l'innovation lors du 12e Congrès de la Société Française de Santé Digitale.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

OphtAI utilise l'IA pour dépister les maladies oculaires des personnes diabétiques
OphtAI utilise l'IA pour dépister les maladies oculaires des personnes diabétiques © Pixabay/Jasongillman

OphtAI a remporté le 4 décembre 2019 le prix de l'innovation lors du 12e Congrès de la Société Française de Santé Digitale. La joint-venture française, qui a développé un logiciel de dépistage de la rétinopathie diabétique (RD), va bénéficier d'un programme d'accompagnement délivré par le Syndicat national de l'industrie des technologies médicales et le pôle compétitivité Medicen Paris Région. Objectif : détecter les lésions oculaires présentes sur la rétine provoquées par l'excès de sucre dans le sang qui entraîne une perte de vue définitive, grâce à l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA).

 

Deux photos suffisent pour détecter les lésions

Avec seulement une photo de chaque œil prise par un orthoptiste, l'outil est capable de dire si une personne diabétique est atteinte de rétinopathie diabétique en détectant les lésions oculaires sur la rétine. Si la machine détecte une rétinopathie diabétique, la personne doit aller voir un ophtalmologue pour qu'il lui administre un traitement car la rétinopathie diabétique modérée peut être traitée. Ce dispositif permet de faire face à la pénurie d'ophtalmologues en France à laquelle s'ajoute l'augmentation constante des personnes diabétiques.

 

Le fruit d'une longue collaboration

La création de ce logiciel est le fruit d'une longue collaboration. Des médecins et des chercheurs de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont créé un réseau de télémédecine baptisé "OphDiaT" en 2004. Des orthoptistes prenaient des photos de la rétine grâce à un rétinographe puis des ophtalmologues à distance analysaient les clichés. "Mais on ne trouvait pas assez de médecins pour effectuer cette tâche", raconte le rétinologue Ali Erginay de l'hôpital Lariboisière à Paris, contacté par L'Usine Digitale.

 

De là est venue l'idée de déléguer cette tâche à une machine. Après plusieurs projets, le logiciel est mis sur pied. Et c'est Evolucare, éditeur de logiciel, et ADCIS, PME spécialisée en traitement de l'image qui se rapprochent pour créer une joint-venture en mai 2019 et ainsi commercialiser le système. 

 

Détecter un grand nombre de maladies oculaires

"Une première version du logiciel a été marquée CE en mai 2019", précise Alexandre Le Guilcher, CEO d'OphtAI, interrogé par L'Usine Digitale. Mais le développement de cet outil n'en est qu'à ces débuts. "Grâce à l'apprentissage profond, on peut apprendre à la machine à détecter d'autres maladies", explique le docteur Ali Erginay. Une nouvelle version du logiciel devrait permettre de détecter le niveau de sévérité de la rétinopathie diabétique et ainsi son niveau d'urgence. "On a également ajouté deux maladies à dépister : le glaucome et la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)", précise Alexandre Le Guilcher. Enfin, une troisième version du dispositif est en préparation. Elle sera capable, cette fois-ci, de détecter "41 risques différents" et ainsi "couvrir 90 % des patients à risque". 

 

"Imaginez que dans une gare, on remplace les photomatons par des caméras capables de prendre en photo la rétine et vous envoyez par mail les résultats", se projette le docteur Ali Erginay. Ainsi seules les personnes malades devront voir chez un spécialiste. Ce système baisse les coûts liés à une consultation chez un ophtalmologue et permet à un maximum de personnes d'être suivi régulièrement. Pour le moment, le réseau de télémédecine OphDiaT existe toujours au sein de l'AP-HP et n'a pas encore été remplacé par le logiciel. " Plus de 40 centres participent à ce dépistage et prennent en charge environ 18 000 patients par an", précise le rétinologue Ali Erginay.

 

En France, la rétinopathie diabétique (RD) est la première cause de cécité avant 65 ans. Cette maladie oculaire touche 50% des patients diabétiques de type 2.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media