Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Optis a choisi d'entrer à 100% dans le giron d’Ansys

Spécialiste des logiciels de simulation de la lumière et de la vision humaine basés sur la physique, Optis a signé un accord avec Ansys, leader mondial en simulation numérique. La transaction définitive doit intervenir au 2e trimestre. Jacques Delacour, PDG de la société varoise, explique les raisons de cette cession.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Optis a choisi d'entrer à 100% dans le giron d’Ansys
Jacques Delacour, PDG d'Optis © MATHIEU Geoffroy

"Quand on est une PME de 250 personnes en croissance continue à l’international, on finit par se confronter à des besoins et des enjeux de plus en plus importants chez ses clients, mais on reste de taille modeste dans le monde de la simulation. En nous rapprochant d’Ansys, on rejoint le premier de la classe !" explique Jacques Delacour, PDG d’Optis.

Implanté à la Farlède (Var), le groupe, né en 1989, devrait acter la transaction dans le courant du 2e trimestre 2018 pour son acquisition à 100% par le leader américain de la simulation numérique. Le 23 mars 2018, Ansys a en effet annoncé avoir conclu un accord définitif pour ce rachat afin d’étendre "son portefeuille de solutions multiphysiques à la simulation optique qui occupe une place croissante dans le développement de produits". Optis réalise près de 95% de son activité à l’international et compte 2 500 clients dans une multitude de secteurs (automobile, aéronautique, cosmétique…) parmi lesquels Audi, Ford, Toyota, Ferrari, Bentley, Boeing, Airbus, GE, Swarovski ou l’Oréal.

De son côté, Ansys, basé à Pittsburgh (Pennsylvanie, Etats-Unis) couvre plusieurs secteurs clefs avec ses logiciels de simulation : la mécanique des structures, la dynamique des fluides, l'électronique, les semi-conducteurs, le système embarqué, la sécurité et la conception 3D. Il emploie 3 000 collaborateurs et compte plus de 75 bureaux dans le monde et un réseau de partenaires commerciaux dans plus de 40 pays. Le montant de l’opération n’est pas dévoilé.
 

Atouts décuplés dans le véhicule autonome

Si les premiers contacts ont eu lieu voici un an, Optis et Ansys ont eu par le passé à travailler simultanément, chacun sur ses solutions spécifiques, pour des clients communs. "Dans l’optique, il y a toujours des interactions avec des phénomènes thermiques, par exemple des lentilles ou des faisceaux de phares qui se déforment sous l’action de la chaleur, poursuit Jacques Delacour. Nos technologies sont donc très complémentaires, mais aussi nos marchés, tant sur les types de clients que sur la couverture géographique. Nous avons tout à gagner mutuellement à unir nos expertises".

Pour Optis, ce rapprochement va accélérer le développement, en particulier dans le domaine des véhicules autonomes sur lequel il s’investissait de plus en plus. "La majorité de notre clientèle relève du secteur automobile, avec une force de vente qui nous est propre, ajoute le dirigeant. Nous apportons à Ansys nos capteurs, nos lidars et notre plate-forme de réalité virtuelle photo-réaliste et de simulation". Les constructeurs automobiles pourront simuler l'environnement des véhicules sans conducteur : conditions routières, météorologiques, rues à sens unique...
 

Etendre le portefeuille clients

Quant à Ansys, l’acquisition renforcera ses positions en France. Son président pour la France, Eric Bantegnie, souligne dans le communiqué du 23 mars qu’avec Optis, "nous allons pouvoir généraliser l’utilisation de la simulation numérique à de nouvelles sociétés et l’étendre à une nouvelle génération de produits, comme les caméras et les lidars dans les véhicules autonomes". Les modalités de la future organisation et les synergies instaurées seront exposées ultérieurement, quand la vente sera définitive.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale