Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Opuscope lève 3 millions d'euros pour renforcer sa solution de création 3D immersive Minsar

Levée de fonds La start-up française Opuscope a sécurisé un investissement de 3 millions d’euros pour accélérer le développement de Minsar, sa solution de création et gestion d’expériences immersives. Elle veut l’établir comme la référence du genre avant l’explosion du marché des lunettes de réalité augmentée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Opuscope lève 3 millions d'euros pour renforcer sa solution de création 3D immersive Minsar
Les fondateurs d'Opuscope, Thomas Nigro et Soraya Jaber. © Opuscope

Opuscope passe un nouveau cap. Cette start-up française fondée en 2016 annonce ce 3 décembre 2019 une levée de fonds de 3 millions d’euros auprès de Bièvre Epargne. Elle va lui permettre de lancer la commercialisation de son application Minsar, lancée en bêta il y a un an. Son objectif est de simplifier la création et l’hébergement d’expérience 3D. "Nous nous positionnons comme le Wordpress de la 3D", explique Soraya Jaber, fondatrice et CEO d’Opuscope. Et cela passe foncièrement par les casques de réalité virtuelle et augmentée.

 

Un "CMS" pour les expériences immersives

"C’est un non-sens selon nous de créer de la 3D sur un écran 2D, reprend la dirigeante, et cela requiert des compétences spécifiques en développement dont peu d’entreprises disposent." Il ne s’agit pas en l’occurrence de créer les objets 3D eux-mêmes (sauf pour les formes les plus simples, ils doivent être importés), mais plutôt les scènes qui les mettent en œuvre.

 

Un créneau bien spécifique que les acteurs traditionnels comme Unity (qui nécessite de vraies compétences en développement 3D) ou Adobe (dont l’application Aero ne fonctionne que sur tablettes) n’ont pas encore investi. Les premiers clients visés par Opuscope sont d’ailleurs les agences de création graphique, dont la start-up estime qu’elles y trouveront un outil plus simple d’accès que Unity.

 

Compatibilité avec Spark AR et Snap début 2020

Mais elle ne néglige pas les développeurs pour autant, et prévoit la sortie d’un kit de développement logiciel "qui s’intégrera à des solutions existantes" courant 2020. Autre axe de développement prioritaire : la prise en charge de plus de plates-formes. Minsar est actuellement disponible sur HoloLens et Magic Leap One, ainsi que sur iOS et Android et version dégradée. Il sera bientôt aussi compatible avec l’Oculus Quest, et entend être présent sur toutes les plates-formes AR/VR majeures du marché.

 

L'entreprise va notamment capitaliser sur la popularité de la réalité augmentée sur les réseaux sociaux, en ajoutant une fonctionnalité d’export vers Spark AR (Facebook, Instagram) et Snap au cours du premier trimestre 2020. Une capacité "très demandée" par les clients.

 

S’imposer avant l’explosion du marché grand public

"Nous avons huit développeurs aujourd’hui, mais pour bien faire il nous en faudrait cinq par plate-forme, détaille Soraya Jaber. Ce afin de couvrir les besoins frontend et backend de chacune, mais aussi de créer toute une partie analytics qui permettra aux clients d’améliorer leurs expériences en fonction des retours à l’utilisation." Le recrutement d’une équipe commerciale est aussi en projet, avec en particulier la création d’un bureau aux Etats-Unis prévu pour le second semestre 2020. Au total, Opuscope devrait passer de 15 employés à une quarantaine au cours des douze prochains mois.

 

L’objectif pour la start-up est d’avoir un produit mature d’ici 2022/2023, date escomptée de la sortie des premières lunettes de réalité augmentée grand public (notamment celles d’Apple). "Il faudra des contenus pour alimenter ces appareils, et nous voulons être l’outil de référence pour les créer", confirme la PDG. Son objectif est de détenir 15% de parts de marché pour la création et la distribution de contenus 3D d’ici 2025. Cela passera par une prochaine levée de fonds d’un montant beaucoup plus important en 2022, qui se ferait cette fois-ci auprès d’investisseurs américains.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media