Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Orange mise sur l’international et les clients sensibles à la sécurité des données pour booster son cloud

Orange Cloud for Business, la filiale d’Orange dans le cloud, veut croître de plus de 20% par an. Au programme : l’extension de son infrastructure aux Etats-Unis pour l’accompagnement de ses clients grands comptes à l’international et l’obtention du label SecNumCloud pour capter les clients les plus sensibles à la sécurité des données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Orange mise sur l’international et les clients sensibles à la sécurité des données pour booster son cloud
Datacenter d'Orange Cloud for business © Orange

On connait Orange comme un opérateur télécom. Mais c’est aussi une entreprise de services du numérique (ESN), la cinquième en France selon le cabinet Pierre Audoin Consultants, derrière Capgemini, IBM, Atos et Sopra Steria. A ce titre, Orange constitue l’un des acteurs français majeurs du cloud computing. L’opérateur historique parle peu de cette activité. Il n’en affiche pas moins l’ambition de la développer tant en France qu’à l’international.
 

Des services managés de cloud

Depuis janvier 2013, les activités d’Orange dans le cloud computing sont regroupées au sein d’Orange Cloud for Business, une filiale dirigée par Philippe Laplane. Elle opère exclusivement dans le cloud d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service et PaaS pour platform as a service) sous ses trois modes de déploiement : privé, public et hybride. Sur le segment du cloud public, il opère à travers trois offres: Flexible Computing bâtie sur les technologies VMware, Flexible Engine construite sur la plateforme open source Open Stack et la plateforme de cloud souverain Cloudwatt. Mais il se distingue des géants américains Amazon Web Services, Microsoft ou Google par l'accent mis sur les services managés.

"Nous ne nous contentons pas de mettre à disposition des clients des capacités de traitement, stockage et réseaux, explique à L'Usine Digitale Philippe Laplane. Nous proposons aussi de les accompagner dans la migration de leurs applications vers le cloud puis dans la gestion de leur exploitation. Nous sommes en mesure de nous occuper de tout à l’exception de la maintenance des logiciels."

 

Croissance de plus de 20% par an

Cette activité emploie 1500 personnes, dont 900 en France. Philippe Laplane, qui revendique 15 000 clients dont le groupe LVMH, reste discret sur le chiffre d’affaires. Selon les données communiquées à L'Usine Digitale par le cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC), Orange Cloud for Business affiche un chiffre d'affaires de 330 millions d'euros en 2016, en progression de 22%, dont 28% à l'international. Ce qui en fait le numéro deux français du cloud d'infrastructure derrière Atos, crédité par PAC d'un chiffre d'affaires de 950 millions d'euros en 2016, mais devant Capgemini (225 millions d'euros) ou OVH (165 millions d'euros). "Nous croissons à plus de 20% par an, indique Philippe Laplane. A l’international, notre croissance est proche de 50%. Nous restons prudents sur la façon d’aborder le marché. Mais notre objectif est de continuer à croître à ce rythme."

Comment ? En mettant l’accent sur l’international. "Nous accompagnons nos clients grands comptes en Europe et en Asie-Pacifique, explique le patron d'Orange Cloud for business. Nous nous préparons à nous étendre aux Etats-Unis. Pas pour capter des clients locaux. Ce marché est compliqué du fait de la domination des géants américains. Mais juste pour accompagner nos clients là-bas." C’est pourquoi un datacenter va être ouvert à la fin de mars 2018 à Atlanta, dans l'Etat de Géorgie. Il viendra compléter une infrastructure de quatre datacenters : deux dans la région parisienne et deux à Singapour.

 

Orientation de Cloudwatt sur le label SecNumCloud

L’autre axe de développement réside dans l’exploration du segment de clientèle la plus exigeante en matière de sécurité des données comme les services de l’Etat, les collectivités locales, les hôpitaux ou les entreprises de secteurs sensibles (défense, aéronautique, énergie, santé…). En mars 2015, Orange a racheté Cloudwatt, l’un des deux acteurs de cloud souverain créés en 2012 avec la participation de l’Etat.

"En tant qu’entité juridique, la société a été dissoute, affirme Philippe Laplane. Mais la marque et l’équipe technique ont été maintenues. Depuis 2017, nous orientons Cloudwatt vers les clients exigeant le label SecNumCloud (ex-Secure Cloud), un label de sécurité défini et attribué par l’Ansii, l’agence nationale de sécurité de systèmes d’information. Ce label va plus loin en termes d'exigence de protection de données que le RGPD, le règlement général de protection des données. Cloudwatt est déjà une belle plateforme technique. Sa vocation est de servir cette niche de marché où Amazon Web Services, Microsoft et autre Google ne sont pas présents." Orange fait partie des trois acteurs ayant demandé le label SecNumCloud à l’Anssi aux côtés d’Oodrive et de Vendôme Solutions. Philippe Laplane espère l’obtenir au milieu de 2018 après un audit à réaliser par l'Afnor au courant du premier semestre 2018.
 

Axe important du plan stratégique

Dans son plan stratégique "Essentiels 2020" lancé en 2015, Stéphane Richard, PDG d’Orange, veut augmenter de 10 points la part des services du numérique dans le chiffre d’affaires total à l’horizon 2020. Le cloud computing fait partie des quatre moteurs de ce développement aux côtés des outils de productivité des collaborateurs, des services d’amélioration des processus métiers et de la cybersécurité.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale