Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Orange soigne les incidents d'exploitation du réseau au big data

Cas d'école Pour améliorer le fonctionnement de son système d’information, Orange a mis en place un système d’analyse prédictive des données pour détecter les incidents avant qu’ils ne surviennent. De quoi éviter des pannes à fort impact sur le réseau.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Orange soigne les incidents d'exploitation du réseau au big data
Orange soigne les incidents d'exploitation du réseau au big data © DR

Le système d’information joue un rôle vital chez Orange. Il constitue la base de ses services fournis tant en interne qu’aux clients. C’est pour en améliorer la fiabilité, que le groupe, dirigé par Stéphane Richard, a mis en place un système de surveillance, de détection et de prévision des incidents au big data.

 

Des milliers d'incidents par an

Orange déplore des milliers d’incidents par an, pour la plupart invisibles par les utilisateurs et les clients. Ils vont de mineurs (avec impact limité) à sévères (avec interruption de service). "Nous voulions prendre du recul en analysant de façon globale les incidents en chaîne et les interactions dans le système d’information pour découvrir des choses que l’on ne voit pas tous les jours, explique Nicolas Rouyer, responsable du projet chez Orange. Nous ne savions pas ce que nous allions trouver. Nous savions juste par expérience qu’il y a plus d’incidents quand les applications en fonctionnement sont plus nombreuses et plus sollicitées."

 

Un système d'information complexe

Les données analysées proviennent des incidents subis depuis un an, des flux en temps réel sur le réseau et de la cartographie des applications en fonctionnement. "C’est plus un problème de complexité que de volume de données, précise Nicolas Rouyer. Nous avons affaires à beaucoup d’interactions à analyser pour trouver des liens de cause à effet dans l’apparition d’incidents." Le système d’information d’Orange comprend des dizaines de milliers d’applications, des centaines de milliers de flux de données et des dizaines de milliers de serveurs répartis sur une cinquantaine de centres de données dans le monde, dont 16 en France.

 

Pour mettre en place le système, Orange fait appel aux logiciels d’intégration et de gestion de données du français Talend, à la base de données en graphes du l’américano-suédois Neo Technology et à l’outil de visualisation des résultats en tableau de bord du suédois Qlik. Le moteur d’analyse prédictive par apprentissage statistique (Machine learning) est développé en interne sur la base du logiciel open source Cypher.

 

Révéler le syndrome du plat de spaghettis

Le système est en service depuis septembre 2014. "Notre objectif est de révéler le syndrome du plat de spaghettis, c’est-à-dire les dégradations fortes et imbriquées dans le système d’information, ambitionne Nicolas Rouyer. Nous cherchons à savoir sur quelles applications des incidents vont se produire. Ceci oblige les exploitants à soulever le couvercle pour voir ce qui se trame. Ils peuvent ainsi mettre en place les correctifs nécessaires pour prévenir les problèmes."

 

Le chef du projet affirme avoir constaté une baisse des incidents même s’il est difficile de quantifier ce résultat. Le tableau de bord est utilisé aujourd’hui par une dizaine d’exploitants métiers. L’objectif est d’étendre le système à 1000  utilisateurs d'ici deux ans et d’automatiser les correctifs préventifs réalisés aujourd’hui de façon manuelle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Gary
01/12/2015 16h00 - Gary

Donc comme chez Bouygues T....

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale