Ordinateur quantique : Pasqal entre dans une nouvelle dimension en levant 100 millions d'euros

Le français Pasqal a obtenu une augmentation de capital réalisée entre autres auprès du fonds souverain de Singapour, qui lui permettra d'accélérer sa R&D et de développer ses activités à l'international. La start-up vise le lancement d'un produit de rupture en 2024.

Partager
Ordinateur quantique : Pasqal entre dans une nouvelle dimension en levant 100 millions d'euros

La pépite française du quantique, Pasqal, annonce ce 24 janvier une levée de fonds de 100 millions d'euros en série B. Le tour de table a été mené par le fonds souverain singapourien Temasek, rejoint par le fonds du Conseil européen de l'innovation, le fonds de corporate venture de la compagnie pétrolière Saudi Armaco (Wa'ed Ventures), et Bpifrance. Les investisseurs historiques Quantonation, le Fonds Innovation Défense du ministère des Armées, Daphni et la branche capital-risque de l'énergéticien Eni ont remis au pot.

Le pari de Pasqal : des atomes neutres

Pasqal développe un ordinateur quantique à atomes neutres, qui se veut une alternative aux supercalculateurs classiques pour les cas d'usage industriels. La start-up table sur un lancement du produit en 2024. Cette technologie à base d'atomes neutres, qui fonctionne à température ambiante, la différencie d'autres acteurs positionnés sur le quantique tels que IBM, IQM, Alice & Bob ou Quandela.

A court terme, la société prévoit de construire un ordinateur quantique de 1000 qubits, et à long terme des "architectures tolérantes aux erreurs", c'est-à-dire des architectures dans lesquelles le nombre de qubits physiques (les particules) et le nombre de qubits logiques (les unités élémentaires de transport de l'information de l'ordinateur quantique, qui ont pour particularité de présenter des superpositions d'état, 0 et 1, au lieu de 0 ou 1) sont équivalents.

En attendant d'y parvenir, il faut un très grand nombre de qubits physiques pour parvenir à obtenir un qubit logique (jusqu'à un rapport de plusieurs dizaines de milliers). Ce nouveau financement alimentera la R&D pour ces deux projets. Les ordinateurs quantiques fabriqués actuellement par la start-up affichent entre 100 et 200 qubits.

Une base de clients solide

Pasqal souhaite par ailleurs "accélérer le développement d'algorithmes propriétaires pour les clients de verticales de marché clés", dont l'énergie, la chimie, l'automobile, la mobilité, la santé, la technologie d'entreprise et la finance. Enfin, de nouvelles implantations en Asie, ainsi que le développement des activités en Europe et en Amérique du Nord, sont en projet. Cela devrait s'accompagner du passage de 100 salariés à 200 dans les prochains mois.

Pasqal, spin-off de laboratoire de recherche cofondée en 2019 par le lauréat 2022 du Prix Nobel de physique Alain Aspect, travaille déjà avec des grandes entreprises telles que Crédit Agricole CIB, BASF, BMW, Siemens, Airbus, LG, Johnson & Johnson, EDF, Aramco, Eni et Thales. L'objectif est de proposer sa puissance de calcul sous la forme de "quantum as a service", dans le cloud. Pour cela, l'entreprise s'est rapprochée d'OVHcloud et de Microsoft.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS