Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Paiement mobile, trajets partagés, wifi embarqué, bouton connecté… Les taxis G7 poursuivent leur transformation

G7 vient de lancer le service G7 connect, qui permet le paiement in-app dans les taxis hélés dans la rue ou à une station. La plate-forme qui fédère 8000 chauffeurs à Paris estime avoir rattrapé son retard sur les VTC en matière de qualité de service.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Paiement mobile, trajets partagés, wifi embarqué, bouton connecté… Les taxis G7 poursuivent leur transformation
Paiement mobile, trajets partagés, wifi embarqué, bouton connecté… Les taxis G7 poursuivent leur transformation © G7

Drôle de vision ces derniers jours dans les rues de la capitale : une centaine de silhouettes rouges accrochées un peu partout, le bras levé comme pour héler un taxi fantôme. Un symbole des taxis tombés au champ d'honneur dans la guerre contre les VTC ? Vous n'y êtes pas. Il s'agit d'une opération publicitaire de G7 pour le lancement de son nouveau service Connect, prouvant, pour les sceptiques, que les taxis bougent encore.

 

Paiement in-app même sans résa !

La centrale de réservation leader vient de lancer le paiement mobile pour les taxis non réservés à l'avance. Auparavant, pour les taxis hélés dans la rue ou récupérés à une station, il était impossible de payer avec les application mobile G7 (abonnés et grand public). Il est désormais permis, sans surcoût, de régler "in-app" le montant affiché au compteur à la fin de la course.

 

Un levier de fidélisation, pour la marque, qui estime que ses efforts pour améliorer l'expérience client portent leurs fruits. "On a tendance à assimiler G7 à toute la catégorie", juge son directeur général délégué Nicolas Banchet. "Sur le paiement par exemple, on est pénalisés par l'image écornée du secteur, et les refus de CB par certains chauffeurs. Cela existe, mais pas chez nous : tous nos véhicules sont équipés de terminaux de paiement depuis 1995", insiste-t-il. "On a tendance à nous mettre sur le dos tous les défauts du secteur car nous sommes la marque la plus connue", ajoute-t-il.

 

du wi-fi dans 6 500 taxis parisiens

Or, G7 a fait des efforts pour se transformer ces dernières années. Le site web, créé en 2004, et l'appli, dès 2008, a été modernisés. "On a accompagné les chauffeurs dans la montée en gamme et la transformation des taxis", assure le responsable du digital. Cela passe par le déploiement du wi-fi à bord, désormais disponible dans 80% de ses taxis parisiens. "Il reste 1 500 véhicules à équiper", explique Nicolas Banchet.

 

Ces derniers mois, G7 a aussi lancé un tarif jeune (-20% pour les 15-25 ans), un système de taxis partagé pour les gares et aéroports (qui draine "une clientèle qui n'a pas l'habitude de prendre les taxis", se félicite le patron) et des outils pour les pros. G7 veut trouver de nouveaux prescripteurs et des canaux de réservation supplémentaires. Il veut être présent sur des sites-tiers et vendu par des intermédiaires. "G7 crée des sites de réservations aux couleurs de partenaires, comme Aéroports de Paris ou le PSG. Nous voulons aussi travailler avec les compagnies aériennes et agences de voyage pour proposer les transferts aéroport / hôtel en plus des billets d'avion", explique Nicolas Banchet.

 

un bouton connecté

Comme son concurrent Les Taxis Bleus, G7 s'installe aussi sur le comptoir des commerçants et restaurateurs avec un bouton connecté : G7 One Clic permet de réserver un taxi d'une simple pression du doigt. L'objet connecté est disponible dans 200 lieux de la capitale, petits hôtels, bars, boutiques de luxe, "avec un vrai décollage depuis janvier 2016", précise la marque.

 

Toutes ces initiatives contribuent à améliorer l'image des taxis et les services aux clients. Au point de rattraper les VTC ? "Ils sont arrivés sur le marché en misant sur le haut de gamme. Depuis, il y a une course au volume et une baisse de qualité alors que de notre côté, nous ne cessons de monter en gamme. Les courbes se croisent", se rassure Nicolas Banchet. Il souligne que ce sont surtout les non clients de G7 qui en ont une mauvaise image. La bataille clé est celle de la communication et de la qualité perçue.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media