Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pangée lève 2,2 millions d'euros pour déployer sa plateforme d'e-leasing en marque blanche

Levée de fonds Spécialisée dans la mise en place de services digitalisés de location longue durée, la start-up toulousaine Pangée vient d'annoncer une levée de fonds de 2,2 millions pour accompagner le déploiement de sa plateforme en marque blanche à destination des sites marchands. Elle en a déjà séduit une cinquantaine, dont Decathlon.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pangée lève 2,2 millions d'euros pour déployer sa plateforme d'e-leasing en marque blanche
Julien Guiraud et Stéphane Jakubyszin, les fondateurs de Pangée. © Pangée

"La crise sanitaire et les mesures de confinement ont contribué à conforter le marché de la vente en ligne et à accélérer le développement des offres de location de longue durée", constate Stéphane Jakubyszin, directeur général et cofondateur de Pangée. Un double mouvement qui devrait profiter à la start-up toulousaine.

La société a développé une plate-forme en marque blanche pour faciliter l'intégration d'une offre d'e-leasing dans les sites marchands. Pangée a mis à profit ces dernières semaines pour boucler une levée de fonds de 2,2 millions avec l'entrée à son capital des fonds Irdi Soridec, M Capital, Thierry Roussel (Direct Energie, SeniorAdom) et ViaSanté, représentée par Denis Saules. Ce tour de table est accompagné d'un prêt d'amorçage de 300 000 euros de Bpifrance. Grâce à ces financements, Pangée va pouvoir accélérer le déploiement de sa plateforme.

Une cinquantaine de sites marchands déjà équipés
Pangée est devenue en quelques années un spécialiste du développement des solutions digitales pour les offres de location longue durée (LLD). Créée à Toulouse en 2014 par Julien Guiraud et Stéphane Jakubyszin, la société s'est tout d'abord tournée vers les magasins indépendants avec ses solutions adaptées à la LLD, qui équipe plus de 200 points de vente en France.

En 2018, Pangée prend un nouveau départ avec une nouvelle plateforme en marque blanche, baptisée "mypangee", dédiée plus spécifiquement aux sites marchands. "Notre plate-forme permet de proposer 'clé en main' des offres complètes de LLD entièrement packagées avec bouquets de services associés, de types installation, assistance, maintenance, assurance, extension de garantie...", souligne Stéphane Jakubyszin.

Une cinquantaine de sites marchands ont déjà été séduits, dans des secteurs aussi divers que la mobilité, le sport, l'habitat, le luxe, les objets connectés ou le bricolage, dont des grands comptes tels que Decathlon qui a retenu la plateforme de la start-up toulousaine pour développer son offre de LLD de vélos haut-de-gamme (routes, VTT ou vélos électriques). Parmi les tous derniers à avoir signé avec Pangée : la firme allemande Thyessenkrup Home Solutions pour la location de monte-escaliers, le fabricant allemand de scooters électriques Unu ou le distributeur parisien de matériels destinés aux personnes à mobilité réduite Axsol. Pangée négocie à la fois un accord de licence et un pourcentage sur le flux financier généré.

Nouveaux partenariats bancaires
La levée de fonds va permettre à la société de muscler son équipe commerciale pour adresser son offre plus largement au niveau national, mais aussi son équipe technique. Au total, une dizaine de postes supplémentaires va être créée dans les prochains mois. Un bureau commercial doit ouvrir à Paris avant la fin du mois de juillet. "Nous prévoyons aussi de recruter très vite cinq nouveaux développeurs informatiques pour accélérer l'intégration en full API de nos nouveaux partenaires bancaires", précise Stéphane Jakubyszin. Des négociations seraient déjà bien engagées avec deux banques françaises et une banque allemande.

Pangée emploie 12 salariés et a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 768 800 euros. La société table sur un peu plus de 1 million pour 2020. L'objectif est de passer le cap des 2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2022 pour un flux financier généré via sa plateforme de l'ordre de 40 millions d'euros.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.