Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pannes simultanées à la bourse de New York, à la United Airlines et au Wall Street Journal

Mercredi 8 juillet au matin, les activités de la bourse de New York ont été suspendues en raison d'un problème technique. Juste avant, la compagnie aérienne United Airlines a été forcée de suspendre des milliers de vols à cause d'un problème de réseau. Le site du journal américain Wall Street Journal est tombé en panne temporairement dans la même matinée. Les rumeurs de cyber-attaque allaient bon train sur les réseaux sociaux, bien que le gouvernement américain et les principaux concernés aient démenti cette hypothèse.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pannes simultanées à la bourse de New York, à la United Airlines et au Wall Street Journal
Pannes simultanées à la bourse de New York, à la United Airlines et au Wall Street Journal © Flickr c.c. - Giorgos Michalogiorgakis

La bourse de new York a été brutalement suspendue ce mercredi 8 juillet au matin, a rapporté le média américain CNBC. La panne aurait commencé à 11h32 heure de New York, et aurait été causée par "des problèmes techniques". "Nous faisons face actuellement à un problème technique et nous faisons notre possible pour le résoudre au plus vite" a annoncé le NYSE via CNBC. Selon le New york Times, les actions cotées sur le New York Stock Exchange ont continué à fonctionner sur d'autres bourses, comme le Nasdaq. "C'est la panne la plus importante depuis la panne du Nasdaq [en 2013]" affirme Eric Scott Hunsader, un expert de la structure du marché cité par CNN.

 

Pas de cyber-attaque

 

Plus tôt ce même jour, la compagnie aérienne United Airlines a dû suspendre 4900 vols à travers le monde, citant "un problème de connectivité de réseau", rapporté par CNN.

En outre, le site internet du journal américain Wall Street Journal a rencontré un problème technique au même moment que la bourse de New York, affectant son site internet qui ne s'affichait qu'en partie. Il est à présent revenu à la normale. De nombreux médias américains ont relevé l'étrangeté de la situation, mais le Département de la Sécurité Intérieure américain a rapidement coupé court aux rumeurs de cyber-attaque. "Aucun signe d'activité malveillante en ce moment", a affirmé le gouvernement cité par CNN.

 

A 12h28 à New York, la bourse de New York affirmait sur Twitter n'avoir pas subi d'attaque : "La difficulté rencontrée est un problème technique interne et n'est pas le résultat d'une cyber-attaque. Nous avons choisi de suspendre les activités sur NYSE pour éviter des problèmes découlant de notre difficulté technique."

Selon CNN toujours, le FBI aurait contacté la bourse de New York et affirme "qu'aucune action des forces de l'ordre n'est nécessaire en ce moment."

 

United Airlines dans la tourmente

 

United Airlines a de son côté dû faire face au mécontentement des passagers qui se sont déchaînés sur Twitter. Parmi eux, l'ancien sénateur américain Scott Brown.

C'est la deuxième fois en deux mois que United fait face à des problèmes techniques affectant les passagers. La compagnie a affirmé que la panne était finalement dû à un problème de routeur qui était à l'origine. "Nous avons résolu ce problème de routeur, ce qui nous permet de restorer les fonctions normales", a affirmé la compagnie au média américain CBS.

 

Le problème informatique affectant le système de réservation de la compagnie aérienne a incité l'autorité américaine de l'aviation (FAA) à imposer ce qui est connu comme un "arrêt au sol", interdisant aux avions United de décoller. "Parce que les garanties et les sauvegardes sont intégrées au système de réservation, si cela tombe en panne, tout doit être arrêté", a expliqué James Record, un professeur d'aviation cité par CNN. 

 

Cette somme de panne a enflammé le web et montre à quel point les entreprises informatisées sont sensibles aujourd'hui. "Cet incident reflète le fait que la plupart des ordinateurs et la technologie des programmes utilisés par l'industrie aérienne sont vieux et ont été bricolés", a ajouté James Record.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale