Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pari réussi pour Arcure, dont la technologie permet aux véhicules industriels d'éviter les accidents

Pour éviter les accidents sur les chantiers, l'entreprise française Arcure commercialise une caméra embarquée à poser sur les véhicules industriels. Elle est capable grâce à une technologie de vision par ordinateur de détecter automatiquement les piétons et d'en alerter le conducteur. Baptisée Blaxtair, elle est utilisée par un millier d'entreprises dont Suez, ArcelorMittal et Vinci. L'objectif de cette PME est de devenir un leader dans l'automatisation des véhicules de chantier.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pari réussi pour Arcure, dont la technologie permet aux véhicules industriels d'éviter les accidents
Pari réussi pour Arcure, dont la technologie permet aux véhicules industriels d'éviter les accidents © Arcure

La sécurité est un enjeu majeur pour les exploitants de sites industriels où des engins et des piétons évoluent dans le même environnement. Les collisions restent fréquentes et les accidents corporels ont également un coût très élevé pour les entreprises. C'est pour répondre à cette problématique qu'Arcure a mis au point une caméra embarquée qui détecte les piétons en temps réel grâce à des modèles d'apprentissage automatique. 

Cette PME française a été créée en 2009 par Franck Gayraud et Patrick Mansuy, deux ingénieurs issus de l'industrie aérospatiale et de défense. Ils ont lancé cette caméra, baptisée "Blaxtair", en 2011 avec pour objectif la réduction du risque de collisions.

La première version du produit a été créée avec Colas, filiale du groupe Bouygues spécialisée dans la construction et l'entretien des infrastructures routières. "C'est grâce à ce partenariat que nous avons compris qu'il y avait un marché", révèle Franck Gayraud, CEO d'Arcure, auprès de L'Usine Digitale.

Un millier de clients à l'international
Blaxtair est actuellement utilisé par un millier d'entreprises réparties dans une trentaine de pays. La solution est utilisée dans le secteur du recyclage, de l'industrie, de la logistique, des travaux publics, des mines, des tunnels et du nettoyage urbain. Elle est notamment présente sur le chantier Crossrail à Londres, dans des centrales nucléaires et sur plusieurs sites du groupe sidérurgique ArcelorMittal. L'entreprise vient récemment d'être sélectionnée pour équiper les engins œuvrant sur un chantier d'infrastructure routière à Sydney.

Blaxtair a été vendu à plus de 8000 exemplaires, pour un prix compris entre 3000 et 4500 euros. Compatible avec tous les engins industriels, il est principalement installé sur des chariots élévateurs (ou Fenwick) utilisés pour transporter des charges lourdes dans les usines ou les entrepôts de stockage. "La seconde application de cette caméra intelligente est le véhicule de chantier tel que le camion, la pelleteuse ou la chargeuse", détaille Franck Gayraud. 
 


Scruter en permanence les zones masquées
Grâce à des capteurs, Blaxtair scrute en permanence les zones masquées autour des engins industriels mobiles et reconstitue son environnement en trois dimensions. Installée dans 90% des cas à l'arrière des véhicules, la caméra est capable de différencier un humain positionné dans le champ d'action du véhicule d'un autre obstacle.

En cas de détection de personnes dans la zone de danger, Blaxtair émet une alarme sonore et visuelle à l’attention du conducteur en fonction de l’imminence du danger. Un écran de contrôle situé en cabine lui permet de vérifier aussitôt la criticité de la situation. "Si le client le souhaite, la détection d'un piéton peut provoquer l'arrêt complet du véhicule", indique le CEO.
 


La pluie, la neige ou la poussière n'entrave pas le fonctionnement de Blaxtair, promet Franck Gayraud. "C'est la différence entre un produit industriel comme le nôtre et un algorithme de laboratoire", poursuit-il. Toute la partie algorithmique a été menée en collaboration avec le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) dans le cadre d'un partenariat exclusif de recherche. "Avant de sortir un produit, il nous a fallu plusieurs années pour créer des algorithmes assez robustes pour que la détection fonctionne en permanence", raconte le cofondateur.

Le système peut être directement intégré au véhicule lors de sa construction ou installé après coup sur un engin préexistant. Arcure, dont le siège est situé à Paris, possède une usine en Normandie et une deuxième ligne de production dans l'Aisne où sont fabriquées les caméras.

Vers une automatisation des chantiers
Mais Blaxtair n'est en fait qu'une "première étape vers l'automatisation des véhicules industriels". Franck Gayraud veut que sa société fasse pleinement partie de cette révolution et que la PME, qui affiche 7,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019, fournisse des nouveaux "capteurs intelligents" pour que "les véhicules puissent se guider de façon automatique dans leur environnement". Une ambition qui risque d'être freinée en France par une réglementation pour le moment assez frileuse sur les véhicules autonomes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media