Paris entre dans la galaxie Techstars, pionnier américain des accélérateurs de start-up

Après les États-Unis et l’Afrique, Techstars continue sa conquête de l’Europe. Le prestigieux accélérateur américain ajoute Paris à sa map, aux côtés de Londres et Berlin. Une preuve supplémentaire du rayonnement français sur la planète start-up.

Partager
Paris entre dans la galaxie Techstars, pionnier américain des accélérateurs de start-up

"Après avoir pris pied en Europe à Londres puis à Berlin, Paris est une destination de choix pour Techstars", explique Bertier Luyt, ex-fondateur de FabShop et directeur général de Techstars Paris. Selon lui, la capitale française a de nombreux attraits : "la vitalité de l’écosystème, la qualité de la formation des managers, ingénieurs et chercheurs français connus dans le monde entier ainsi que les volumes de levée de fonds depuis 2016 et les dispositifs de la French Tech".

Avec Y Combinator, Techstars est un des pionniers de l'accélération de startups. Contrairement à YC - accélérateur vedette de la vallée -, Techstars a commencé à briller en 2006, à Boulder au Colorado, à plus de 2 000 kilomètres de la Silicon Valley. Son cofondateur, David Cohen, se réjouit de l’arrivée de son programme dans l’hexagone : "c’est important pour nous d’être présent à Paris car son écosystème a tous les ingrédients nécessaires pour mener à bien notre mission. C’est extrêmement difficile de lancer sa start-up et la communauté parisienne est prête à aider les entrepreneurs à réussir." Mais avant d’avoir la chance d’être aidé, il faut passer la pointilleuse sélection propre à Techstars.

Une sélection draconienne

Moins de 1% des dossiers présentés sont sélectionnés pour intégrer le programme. En presque dix ans, près de 1000 startups ont été propulsées. "Plus de 80% des startups sont toujours en activité, et 10% ont réussi leur sortie, détaille Bertier Luyt. Ces startups ont levé près de 3 milliards et valent près de 9 milliards de dollars." Quant au portefeuille de Techstars, sa valeur s’élève à 7,8 milliards de dollars.

La potion magique de Techstars ne se résume pas au processus de sélection exigeants et à la qualité du programme. "L'effet Techstars ne s'arrête pas à la sortie du programme, la philosophie des fondateurs - "founders first"- se traduit par -"techstars for life"- qui permet aux alumnis de rester en contact avec la société, mais aussi les mentors, les associés, les investisseurs et les partenaires", souligne le directeur du programme parisien.

Des partenaires de renom

Techstars s’est également entouré d’acteurs de choix. D’une part en s’installant stratégiquement dans l’incubateur Partech Shaker, créé par le fonds californien Partech Ventures qui comptabilise 35 ans d’expérience. Et d’autre part, en s’alliant avec Air Liquide, La Française des Jeux, Groupama, Groupe Renault et Total. Ces mêmes sociétés pourront d’ailleurs prendre des parts, en avant-première, au capital des start-up les plus prometteuses. Enfin, parmi les mentors, on trouve, entre autres, Tariq Krim, fondateur de Netvibes.

Pas de surprise côté modèle économique, "comme tous les programmes, Techstars offre aux entrepreneurs une prise de participation de 6% contre un investissement de 120 000 dollars", dévoile Bertier Luyt qui précise que le programme est "ouvert aux entrepreneurs du monde entier, qu'ils souhaitent s'installer en France ou non". Les jeunes pousses peuvent candidater jusqu’au 18 juin. Et le 11 septembre prochain, Techstars Paris accueillera sa première flotte de dix start-up, pour une durée de treize semaines. À quelques semaines de l’ouverture de Station F, l’arrivée du vaisseau Techstars, battant pavillon américain, promet de faire briller encore un peu plus l’écosystème de la tech française.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS