Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Paris Retail Award] Galam Robotics, la start-up qui a inventé le "Rubik's Cube" du stockage

A l'occasion de la Paris Retail Week, qui se tient du 24 au 27 septembre 2019, neuf start-up innovantes dans le retail ou l'e-commerce ont été récompensées lors des Paris Retail Award. Parmi elles, Galam Robotics, lauréate du Prix Rookie of the Year. Les précisions de Jonathan Lévy, co-fondateur, sur cette solution dédiée à l’optimisation des espaces dédiés aux stocks.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Paris Retail Award] Galam Robotics, la start-up qui a inventé le Rubik's Cube du stockage
[Paris Retail Award] Galam Robotics, la start-up qui a inventé le "Rubik's Cube" du stockage © Galam Robotics

Après avoir été présélectionnée, avec deux autres start-up (Shopopop et Teester), la start-up Galam Robotics a été désignée lauréate du prix Rookie of the Year, qui récompense la solution la plus innovante d'une toute jeune entreprise. Créée en janvier 2018, Galam Robotics s’attaque à une problématique qui touche tous les retailers, ou presque : l’optimisation des lieux de stockages en magasin ou au sein de hubs logistiques en ville.

 

Si pour les grands entrepôts, les solutions robotiques ou automatisées existent - on pense aux technologies développées par Ocado ou celles de la société Exotec, qui travaille notamment avec Cdiscount - "il n’y a pas de solution pertinentes pour les petits espaces en milieu urbain, où il y a davantage de flux de produits et de rotation", poursuit Jonathan Lévy. L’entrepreneur, spécialiste de la logistique, a donc imaginé avec Samuel Perez, polytechnicien et passionné de robotique modulaire, une solution répondant aux problématiques de stockage en milieu urbain.

 

Un automate de stockage modulaire

La jeune pousse a ainsi développé "TAK-ONE", un automate de stockage modulaire, compact et pilotable depuis un ordinateur central. Cette solution, ressemblant à un Rubik’s Cube géant, est un ensemble de compartiments de stockage, appelés modules, qui changent de place en fonction de la commande centrale. Le nombre de modules et leur place sont personnalisables, ce qui rend l’ensemble adaptable à de nombreuses configurations d’espace. Pour le moment, chaque module mesure 1 mètre de large, 80 cm de hauteur et 50 centimètres de profondeur.

 

Pour le commerçant, la solution prend la forme d’une interface consultable depuis n’importe quel device. Un vendeur peut ainsi ordonner la mise à disposition d’un produit en stock depuis un smartphone ou une tablette. Le déplacement du module comprenant la référence souhaitée est alors activé. A titre d’exemple, sur un élément de 200 modules, 30 secondes se passent entre l’exécution de la commande émise par le collaborateur et la mise à disposition du produit. Plusieurs utilisateurs peuvent utiliser des modules simultanément.

 

La référence est scannée manuellement à son entrée et à sa sortie du module, ce qui permet au retailer de disposer de l’état des stocks en temps réel. Le logiciel peut analyser les produits à forte rotation afin d’anticiper les besoins des équipes de vente et leur faciliter l’accès aux compartiments. Derrière la technologie se dessine un autre avantage : la fin des inventaires manuels puisque chaque produit est tracé par le software. "Notre solution permet d’atteindre un niveau optimal de fiabilité du stock", résume Jonathan Lévy. Pour autant, il n’a pas vocation à se subtiliser à un WMS (Warehouse Management System) ou à un ERP (Enterprise Resource Planning).

 

Plusieurs enseignes intéressées

Dans un contexte d’explosion de l’e-commerce, avec la promesse de délais de livraison toujours plus courts mais aussi de hausse du prix des loyers, cette technologie brevetée pourrait particulièrement intéresser les distributeurs. Les enseignes de proximité, dont l’espace reste une contrainte pour stocker les références, sont les premières visées. Mais cette technologie peut aussi intéresser des commerces spécialisés, comme le secteur de la chaussure, dont les boîtes en réserve prennent énormément d’espace. "Nous échangeons avec des enseignes alimentaires notamment, ainsi qu'avec des acteurs de la food delivery", poursuit Jonathan Lévy. Un marché qui nécessiterait des conditionnements spécifiques dès lors qu’on pense aux produits frais. "Tout est possible, ajoute-t-il.

 

Potentiellement, tout retailer disposant de sites de stockage en milieu urbain peut être séduit par cette nouvelle technologie. La start-up, qui a été retenue par l’accélérateur Lafayette Plug and Play pour intégrer sa 7e promotion, n’a pas encore de clients, mais elle indique qu’un retailer spécialiste des sneakers est très intéressé. Elle espère éprouver son prototype dès 2020 dans le cadre de programmes pilotes, avant de passer à sa commercialisation. Le prix de vente, non précisé, sera fixé par module, ce qui permettra d’adapter le prix global à la capacité exacte souhaitée.

 

Les autres start-up lauréates des Paris Retail Awards 2019
- Catégorie commerce omnicanal : Proximis
Proximis a mis au point Proximis Unified Commerce, une solution de commerce unifié destinée aux retailers et aux marques permettant d’éliminer les frictions dans le parcours d’achat des consommateurs.
- Catégorie innovation marketing : SES-IMAGOTAG
Le VUSION Rail est un rail vidéo destiné à digitaliser et animer les étagères des rayons en magasin. Doté d'un écran LCD à très haute résolution et connecté au Cloud de la plateforme VUSION dévelopée par SES-imagotag, le VUSION Rail permet de synchroniser des campagnes marketing (web to store) en temps réel et d'afficher des contenus vidéo.
- Catégorie marketplaces : Mirakl
L’éditeur de place de marché a mis au point Mirakl Connect, un écosystème dédié aux marketplaces réunissant sur une même plateforme les opérateurs de marketplaces utilisant Mirakl, les meilleurs vendeurs et des partenaires proposant des services et des technologies adaptés aux marketplaces.
- Catégorie logistique : Cubyn
Cubyn Fulfillment propose aux e-commerçants une solution logistique entièrement intégrée aux canaux de vente et qui permet de contrôler en temps réel l'ensemble de la logistique via une interface simple (réception de stock, gestion de l'inventaire, envoi de commandes, gestion des retours, service client).
- Catégorie nouveaux paiements : Viafintech
Viacash permet de développer des services financiers en magasin. La solution intégrée en marque blanche dans l'application bancaire a pour objectif de rediriger les clients vers les magasins, exposer sa marque au sein de l'application ou encore recevoir des commissions sur chaque transaction réalisée. Elle est aujourd'hui déployée dans 16000 point de vente en Europe.
- Catégorie parcours client agile : Mr Suricate
Mr Suricate est un outil permettant de repérer les bugs sur les sites e-commerce web et mobile en reproduisant des parcours client.
- Catégorie marketing B2B : Bazaarvoice
Bazaarvoice met en relation les marques et les détaillants avec les consommateurs. Chaque mois, plus d'un milliard de consommateurs visualisent et partagent des contenus authentiques, notamment des critiques, des questions-réponses et des photos sur 6 000 sites web de marques et de détaillants.
- Catégorie utilisation data : Allo-Media
Vocal Cookie est une technologie innovante d'IA qui permet de collecter 100% de la data conversationnelle contenue dans les appels téléphoniques et de les fusionner avec les parcours clients digitaux. La voix du client est analysée en temps réel des appels générés grâce à une technologie d'analyse du signal, de reconnaissance vocale et d'analyse sémantique. Ces données remontent directement dans les outils analytiques (GA, Salesforce ..) pour les équipes marketing et commerciales.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media