Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Parkopolis] Comment la techno de lecture des plaques d'immatriculation de Genetec peut aider les villes

La technologie de Lecture Automatique de Plaques d'Immatriculation (LAPI) de Genetec couplée à la solution de gestion du stationnement de Coppernic permet de détecter dans quelles rues les véhicules n'ayant pas payé leur stationnement sont plus nombreux. Cela permet d'optimiser le trajet des agents pouvant émettre des amendes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment la techno de lecture des plaques d'immatriculation de Genetec peut aider les villes
[Parkopolis] Comment la techno de lecture des plaques d'immatriculation de Genetec peut aider les villes © Léna Corot

A l'occasion du salon Parkopolis, qui se tient les 19 et 20 juin 2019 à Paris, Genetec explique comment sa technologie de Lecture Automatique de Plaques d'Immatriculation (LAPI) couplée à une solution de gestion du stationnement permet de rapidement savoir quel véhicule n'a pas payé son stationnement. Le spécialiste du LAPI et son partenaire Coppernic, qui développe des solutions de gestion du stationnement, équipent les deux-tiers de la ville de Paris. Explications.

 

La technologie de LAPI permet tout simplement de "récupérer les informations sur les plaques d'immatriculation des véhicules, l'heure et les coordonnées GPS", résume à L'Usine Digitale Guillaume Gosseau, responsable de la solution de reconnaissance de plaques d'immatriculation chez Genetec. Dans le cadre de Parkopolis, Genetec montre un cas d'usage lié au stationnement mais cette technologie peut aussi être utilisée par les forces de l'ordre pour repérer des véhicules recherchés.

 

Trois caméras et une antenne GPS

La solution utilisée à Paris est composée de quatre blocs identiques comportant trois caméras. "Une première caméra dotée d'un filtre est entourée de LED permettant de pulser une illumination afin de montrer tout ce qui est réflectif dans l'image et d'obtenir une image en noir et blanc montrant uniquement la plaque d'immatriculation du véhicule", explique Guillaume Gosseau. Puis, pour apporter les justificatifs sur le fait que le véhicule est bien sur une place de stationnement, une seconde caméra prend plusieurs photos du véhicule. Enfin, une dernière caméra à plan très large (180°) permet de contextualiser le véhicule stationné et notamment de visualiser le marquage au sol.

 

 

A Paris, les véhicules étant stationnés sur des espaces restreints, Genetec travaille avec quatre blocs de caméras fixés sur des Zoé électriques afin d'avoir toutes les images nécessaires pour prouver que le véhicule était stationné à cet endroit à telle heure. Ces caméras peuvent capturer 30 images par secondes. Pour avoir la plaque d'immatriculation, il est nécessaire que la caméra la visualise pendant 33 millisecondes. En milieu urbain, le véhicule peut donc se déplacer aux vitesses légales sans rencontrer de difficultés pour visualiser toutes les plaques d'immatriculation.

 

La solution de Genetec peut aussi être mise sur des deux roues.

 

Localisation GPS et unité de calcul dans le coffre

A ces caméras, s'ajoute une localisation à l'aide d'une antenne GPS qui a une précision d'un mètre. Pour affiner la localisation, Genetec a développé un algorithme qui estime la distance du véhicule photographié par rapport à la Zoé électrique en fonction de "la taille de la plaque d'immatriculation et de son angle", précise Guillaume Gosseau.

 

Dans le coffre du véhicule Genetec, est embarquée une unité de calcul qui récupère les images des caméras et les transforme en plaques d'immatriculation. Genetec obtient ainsi des performances de lecture "de l'ordre de 98/99%", selon Guillaume Gosseau. A l'aide d'un routeur 4G, les informations sont transmises en direct au serveur de gestion du stationnement qui peut comparer ces plaques d'immatriculation avec la base de données issue des horodateurs pour savoir si les personnes se sont acquittées du droit de stationner ou non.

 

Des informations transmises aux agents assermentés

En France, il est à ce jour impossible d'automatiser la génération d'un forfait post stationnement (FPS), c'est-à-dire l'émission d'une amende. Les informations collectées sont donc transmises aux agents assermentés qui peuvent aller vérifier si la personne a payé son stationnement ou si elle dispose d'une dérogation. A ce niveau, la société Coppernic travaille sur l'amélioration de sa solution afin d'optimiser le parcours des agents en fonction des données remontées par le LAPI. Coppernic aimerait aussi proposer une analyse plus poussée de ces données pour que les villes puissent mieux comprendre et gérer leur stationnement. Des nouveautés devraient être dévoilées en septembre 2019.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale