Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pas si facile d’expliquer la transformation numérique de Salesforce… Même pour Marc Benioff

Pour clore l’édition 2015 de Dreamforce, les deux fondateurs Mark Benioff et Parker Harris se sont adonnés au traditionnel questions/réponses avec leurs clients, développeurs et partenaires présents. Un exercice qui a d’abord ressemblé à une soirée de kermesse, avant de permettre au patron de l’éditeur d’échanger longuement avec son écosystème.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pas si facile d’expliquer la transformation numérique de Salesforce… Même pour Marc Benioff
Marc Benioff, PDG de Salesforce lors de la session de questions/réponses en clôture de Dreamforce 2015

Loin des bonnes vieilles conférences informatiques, les événements numériques organisés en Silicon Valley naviguent entre conférence, show hollywoodien et spectacle de stand up. La cérémonie de clôture de la Grand-messe de Salesforce, Dreamforce, a n’a pas déroger à la règle. Après que le titre Thunderstruck d’AC/DC (Thunder est aussi le nom d’une des plates-formes de Salesforce !) craché dans les hauts parleurs ait déjà largement chauffé la foule, deux musiciens ont pris le relais sur la scène de la grande salle du Moscone Center. Qu’on ne s’y trompe pas, il n’était que 14h30 à San Francisco. Pas 23h. Un peu de Marvin Gaye, d’Imagination et d’Avicci… Certains dansent, d’autres font même la chenille… Gênant. D’autres encore, nombreux, restent assis, quelque peu incrédules. Rassurant.

 

Session de questions/réponses en clôture

C’est ensuite sur un ton léger que le PDG de Salesforce, Marc Benioff, jeans, chapeau noir, et sneakers décorées d’un nuage en strass bleu ciel, entame la session de questions/réponses avec ses clients, développeurs et partenaires présents dans la salle. En fonction des questions, il distribue la parole, mais ne laisse que peu la parole à son cofondateur, Parker Harris, sur scène avec lui.

 

Mais histoire de donner le ton, le CEO interpelle d’abord Keith Block - un ex de l’ennemi Oracle nommé président de Salesforce il y a 2 ans et présenté par beaucoup comme "l’héritier du trône" sur les "transferts" chez Salesforce, qui lui répond : "ils arrivent avec un fort syndrome post-traumatique, puis petit à petit, on observe le nombre de fois où ils sourient en venant travailler, leur joie de venir travailler…"

 

Le cloud, une notion encore complexe pour Beaucoup

La parole est donc libre. Les questions impertinentes autorisées. Le patron de Salesforce échange ainsi un long moment avec une développeuse qui regrette qu’à Dreamforce, un marketing trop "juvénile" rendait le contenu trop simpliste. "Tout le monde a compris ce qu’est le cloud. Vous vous focalisez trop sur les nouveaux utilisateurs, intéressez-vous davantage aux plus avancés". Soulignant avec un sourire ironique le terme de "juvénile", Marc Benioff se tourne alors vers sa directrice marketing, Lynn Vojvodich, qui contredit la développeuse, expliquant que tout le monde ne comprend pas le cloud.

 

Mark Benioff en profite pour raconter que lors d’un séminaire récent avec quelque 500 cadres, tous lui ayant demandé "d’arrêter d’appeler les produits IOT cloud, Sales solutions, marketing solutions, c’est trop complexe et de tout appeler Salesforce". Une façon de pointer la complexité pour l’entreprise de rester l’éditeur de logiciel, pionnier du SaaS et du cloud, tout en devenant un acteur du numérique compris par le plus grand nombre (comme ses clients en pleine transformation numérique par exemple).

 

CRM or not CRM ?

Pour le patron de Marc Benioff, cet échange a aussi été l’occasion de revenir sur son moto favori : "Souvenez-vous bien : Salesforce, ce n’est pas du CRM. Et c’est du CRM. C’est beaucoup de choses, mais c’est une seule chose." Comprend qui peut.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale