Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Patrick Drahi, le patron d'Altice, cet outsider qui défie l'establishment

Actus Reuters Patrick Drahi, le fondateur du groupe Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, a créé la surprise le 14 mars en décrochant les négociations exclusives avec Vivendi dans la bataille pour SFR. Portrait d'un fin spécialiste des télécoms habitué à la discrétion.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le président-fondateur d'Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, faisait ces derniers jours figure d'outsider dans la bataille pour le deuxième opérateur mobile français, le projet concurrent présenté par Bouygues ayant le soutien public du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Patrick Drahi n'a pas baissé les bras. Bouygues et son "partenaire" Free dans cette bataille pour SFR ont eu beau critiquer son projet, il a patiemment poursuivi ses tractations avec les pouvoirs publics.

"Evidemment, il a fait le tour de tous les ministères et des régulateurs. Et bien sûr, il a parlé à Montebourg", dit-on dans son entourage.

"Notre approche de la communication est différente de celles des autres acteurs. Il ne ressent pas le besoin de hurler sur les toits ou d'attaquer ses rivaux."

extérieur à l'establishment français

Xavier Niel, le fondateur de Free, avait notamment fait valoir que Patrick Drahi a passé une grande partie de sa vie hors de France, et qu'il lui faudrait établir sa base fiscale dans le pays s'il devait devenir président du conseil d'administration de SFR.

"Ce ne sont pas des propos qui l'ont rendu particulièrement heureux mais ce n'est pas ce genre de critique qui va le décourager", a fait valoir une autre source.

"Il s'agit de quelqu'un qui ne fait pas partie de 'l'establishment' français et qui a dû montrer une grande force de caractère pour arriver là où il est."

Né au Maroc en 1963 - ses parents étaient professeurs de mathématiques -, Patrick Drahi déménage dans le sud de la France en 1978. Il s'oriente vers les études scientifiques avant d'entrer à l'Ecole Polytechnique puis à l'Ecole nationale supérieure des télécommunications.

Après un passage rapide dans le groupe néerlandais Philips, il se met à son compte en 1982 et crée un câblo-opérateur à Cavaillon, dans le Vaucluse.

En 2001, il monte Altice, la structure de capital-investissement qui hébergera Numericable, devenu en quelques années l'un des premiers câblo-opérateurs du monde. Sa compagnie est aujourd'hui présente en France, en Israël, en Belgique, au Portugal ou encore en Suisse.

Si ses projets à l'international l'ont éloigné de Paris ces dernières années, Patrick Drahi se veut proche de la France, fait remarquer une source proche des discussions sur SFR.

"Cette perception de lui comme outsider est un peu un fantasme des journalistes, clairement, Patrick est très attaché à la France et il a beaucoup de respect pour ses institutions. Si Vivendi retient notre offre, il s'impliquera très personnellement".

Une pression gouvernementale... fiscale

Dans un entretien au Journal du dimanche le 16 mars, la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin a instamment demandé à Patrick Drahi de rapatrier sa résidence fiscale en France : "Je ne suis pas inspectrice des impôts. Mais si Patrick Drahi devient le deuxième opérateur de télécoms en France, il serait logique qu'il rapatrie sa résidence fiscale en France et gère ses affaires depuis Paris (...) Il devra faire des efforts.".

Patrick Drahi devrait répondre à Fleur Pellerin ce 17 mars lors d'une conférence de presse, mais, déjà , Le Figaro annonce qu'il "ne reviendra pas fiscalement en France".

(avec Reuters)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale