Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Patron à mi-temps, résultats en berne… le pari risqué de l’entrée en Bourse de Square

La start-up de paiement californienne Square a déposé ce mercredi 14 octobre une demande d’introduction en Bourse auprès des autorités américaines. Un pari risqué pour une entreprise certes prometteuse mais au modèle économique encore fébrile et dirigée par un patron déjà occupé à sauver Twitter, son autre bébé.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Patron à mi-temps, résultats en berne… le pari risqué de l’entrée en Bourse de Square
Patron à mi-temps, résultats en berne… le pari risqué de l’entrée en Bourse de Square © Square

Jack Dorsey sera bientôt à la tête de deux entreprises cotées. Après des mois de préparation, Square, la start-up de paiements fondée et dirigée par celui qui est par ailleurs redevenu récemment le patron de Twitter, a déposé une demande d’entrée en Bourse auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission). L’entreprise basée à San Francisco souhaite être cotée sur le NYSE (le New York Stock Exchange) sous le symbole “SQ”, selon le document rendu public par le gendarme américain mercredi 14 octobre. Dans la Silicon Valley, fief des “tech-enthousiastes” nul ne doute du succès de la technologie Square, déjà adoptée par les commerçants de San Francisco. Mais l’avenir financier de l’entreprise californienne n’est pas encore tracé.

 

Un patron à mi-temps

 

Le premier handicap de Square pourrait être son patron. Twitter s’est bien fait à la double casquette de Jack Dorsey. Mais si le fondateur du réseau de micro-blogging a réussi à se faire confier les clés du réseau social sans avoir à renoncer à son siège de directeur général de Square, il va désormais devoir prouver sa capacité à mener chacun des navires. Et les eaux sont plutôt agitées, aussi bien du côté du petit oiseau bleu, qui traverse la pire crise de son histoire - et a déjà annoncé plus de 300 licenciements - que du côté de Square, qui peine à trouver son modèle économique.

 

Des résultats dans le rouge

 

Côté financier, la start-up californienne a beau afficher un chiffre d’affaires en progression de plus de 50% à 560,6 millions de dollars (488 millions d’euros) sur les six premiers mois de l’année 2015, elle continue de perdre de l’argent. Square a en effet accusé une perte de 77,6 millions de dollars sur la même période. Derrière ces chiffres en berne, se cache toutefois une bonne nouvelle pour les investisseurs : ils révèlent un modèle économique plus porteur que ce à quoi les observateurs s’attendaient. Nombre d’entre eux estimaient notamment que la start-up valorisée à 6 milliards de dollars était sur-évaluée. Square a par ailleurs annoncé la fin de son partenariat avec Starbucks, qui s’est avéré contreproductif. Signé en 2012 avec l’enseigne de cafés de Seattle, il a peut-être apporté une certaine notoriété à la start-up, mais il a surtout plombé ses résultats. A hauteur de 15 millions de dollars au premier semestre 2015. La réussite de l’entrée en Bourse de Square n’est donc pas gagnée d’avance. D’autant qu’elle se déroulera dans un contexte financier a priori peu favorable aux entreprises du secteur technologique. Une petite vingtaine d’entre elles seulement ont réalisé leurs débuts sur les marchés financiers depuis le début de l’année, avec plus ou moins de succès. Cela n'était pas arrivé depuis 2009.

Hors Texte

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media