Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec le paiement mobile instantané entre particuliers, Paylib vise le milliard de transactions annuelles dans les 5 ans

Paylib a annoncé début avril 2019 que son service de virement mobile entre particuliers, lancé en 2018, devenait instantané. Vincent Duval, Président Paylib, précise le déploiement de ce dispositif et les ambitions de cette solution imaginée par les grands acteurs bancaires.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec le paiement mobile instantané entre particuliers, Paylib vise le milliard de transactions annuelles dans les 5 ans
Avec le paiement mobile instantané entre particuliers, Paylib vise le milliard de transactions annuelles dans les 5 ans © Paylib

Les clients de Crédit Agricole, BNP Paribas, La Banque Postale, Société Générale, Hello bank!, Arkea, Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Crédit Mutuel et CIC pourront désormais effectuer des virements instantanés entre particulier via la solution de paiement mobile Paylib. Principe : le service de paiement mobile de personne à personne ne nécessitera plus un délai de 1 à 2 jours, mais la somme souhaitée sera créditée instantanément sur le compte bancaire du bénéficiaire. En utilisant Paylib depuis l’application de leur banque, les utilisateurs pourront envoyer en temps réel de l’argent de compte bancaire à compte bancaire en saisissant le numéro de téléphone mobile du destinataire du virement.

 

Rendre l'ensemble des banques interopérables

Le service, disponible dès maintenant pour les clients Arkea (pour le moments les clients émetteurs, c'est-à-dire à l’initiative du paiement), sera progressivement déployé par les banques partenaires d’ici l’été 2019. "Les banques ont consenti des investissements significatifs ces deux dernières années pour déployer l’instant payment, explique Vincent Duval. Ce qui a été le plus complexe à mettre en place et qui fait la force de la solution Paylib, c’est l’interopérabilité du système pour permettre à l’ensemble des clients de se payer entre eux, quelle que soit leur banque".

 

Vers la suppression des chèques

En 2018, Paylib étoffait son offre historique de et lançait la fonctionnalité "Paylib entre amis", qui permettait aux clients de certaines banques de transférer de l’argent à leurs amis via mobile sans avoir à connaître leurs coordonnées bancaires pour des montants inférieurs à 500 euros.

 

Le service est gratuit, un parti-pris des banques qui souhaitent pour la plupart développer cet usage. Car si pour l’utilisateur, les bénéfices sont assez  visibles (ils n’ont pas besoin de créer de compte et donc de l’alimenter, ni de télécharger une application supplémentaire), pour les grands acteurs bancaires, ce dispositif peut permettre de réduire significativement le nombre de chèques signés entre particuliers, source de coûts. Autre avantage : pouvoir proposer aux utilisateurs une brique de paiement supplémentaire et être armé face aux GAFA qui multiplient les services bancaires, à l'instar d'Apple.

 

Convaincre un Français sur 2 d'ici 5 à 6 ans

En France, PayPal, Lydia ou encore Pumpkin proposent le paiement entre particuliers, mais au sein de leurs applications respectives et via la création d'un compte intermédiaire. Aux Etats-Unis, Zelle propose un service similaire, tandis qu’en Europe les solutions Swish, Vipps et MobilePay opèrent respectivement en Suède, Norvège et au Danemark. "Dans les pays nordiques, les plus rapides en termes d’adoption de services digitaux, un habitant sur deux utilise l’application équivalente de Paylib régulièrement", rappelle Vincent Duval.

 

L’acteur français, historiquement créé par cinq grandes banques françaises, espère un déploiement aussi ambitieux dans l’Hexagone. "Nous voulons nous ici, à l’horizon 2025, convaincre un Français sur 2, et visons un milliard de transactions annuelles", résume-t-il. Depuis 2018, la structure est dotée d’un PDG et d’une équipe dédiée qui compte une vingtaine de personnes. Paylib revendique 1,8 million d'utilisateurs tous services confondus.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale