Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Petites leçons de la Valley : La France est un modèle de transformation numérique… selon le patron de Cisco

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Invité par Aaron Levie, le CEO de Box, à parler transformation numérique avec lui pour le 2e jour de la conférence BoxWorks, John Chambers, le président de Cisco, a montré un enthousiasme sans bornes pour la France numérique.

Petites leçons de la Valley : La France est un modèle de transformation numérique… selon le patron de Cisco
Petites leçons de la Valley : La France est un modèle de transformation numérique… selon le patron de Cisco © Emmanuelle Delsol

Décidément, John Chambers est accro à la France. Au point de laisser plutôt perplexes, voire moqueurs, Aaron Levie, le CEO de Box et le public très international de la conférence BoxWorks. Le président de Cisco, qui a tout juste quitté cet été son fauteuil de CEO qu’il occupait depuis 20 ans, n’est que louanges pour l’écosystème numérique français et même pour le gouvernement.

 

DEs start-up françaises remarquées au CES

Le patron de Box avait invité John Chambers à parler transformation numérique. Celle de Cisco, celle des différents secteurs économiques, celle des entreprises, celle des états… Et c’est de là que tout est parti. Pour John Chambers, l’administration américaine est "remarquablement lente. Nous sommes un des seuls pays parmi les plus développés du monde à ne pas avoir d’agenda numérique !" Première comparaison avec la France, jugée bien plus dynamique : "Savez-vous que la France était la deuxième nation avec le plus grand nombre de start-up au CES de Las Vegas cette année après les États-Unis ?" a lancé John Chambers à Aaron Levie et à une salle incrédule et silencieuse. Remarque après laquelle le patron de Box a bien tenté d’ironiser sur la réaction française face au développement de Uber et de ponctuer avec un "But we love France" peu convaincant. Rien n’y a fait. Pas de quoi arrêter le président de Cisco sur sa lancée !

 

L’Inde… et la France comme modèle pour les ETats-unis !

Il est revenu à l’assaut alors que son interlocuteur du jour tentait d’avoir son point de vue sur l’Inde et la Chine, alors que Silicon Valley ne parle que du président de la première et du Premier ministre de la seconde qui viennent de visiter la région et ses entreprises high-tech : "Est-ce que l’Inde est une version dopée de la Chine ?", interroge John Chambers. Nul doute, avance le président de Cisco pour qui l’Inde est parmi les pays qui vont montrer la voie dans le numérique. En déployant une infrastructure très haut débit jusque dans le plus petit village du nord du pays, par exemple.

 

Pour lui, dans le monde, bon nombre d’administrations pourraient montrer la voie de la transformation numérique. Et l’Inde pourrait mener la danse. Ainsi que… la France. On est au bord de se lever pour entonner la Marseillaise la main sur le cœur.

 

Le très républicain John Chambers est allé jusqu’à louer la compréhension du numérique au plus haut niveau de l’Etat français. Et garde un souvenir ému d’un président Hollande avec lequel il a pu parler ouvertement smart cities, cloud, sécurité… Avouons-le, il a aussi évoqué sur le même ton le Premier ministre britannique David Cameron. Mais l’ancien patron de Cisco ne se remet visiblement pas qu’un gouvernement socialiste - celui de Manuel Valls - ait aussi bien compris qu’il pouvait s’appuyer sur des entreprises comme la sienne pour se développer dans le numérique, et créer des milliers d’emplois (John Chambers avait aussi rencontré Pierre Gattaz lors de sa visite dans l’Hexagone.)

 

Un ambassadeur de choix pour la French Tech

S’il y a sûrement une optique déformante sur la France vue depuis la lointaine Silicon Valley et ses 9 heures de décalage horaire, peu de chances que le point de vue du patron, durant deux décennies, du plus important équipementier réseau mondial soit totalement inepte.

 

La vérité est sans doute entre les deux. Les Criteo, Blablacar, Sigfox ou même PrettySimple sont les têtes de pont de filières numériques incontestables d’excellence, dans l’internet des objets (cher à Cisco), la mobilité ou le jeu. Par eux, la French Tech rayonne un peu outre Atlantique. Avec John Chambers, elle a trouvé un ambassadeur numérique de choix, d’autant qu’il a désormais un peu de temps libre.

 

Certes, John Chambers a bénéficié d’un accueil bienveillant à Paris en février lorsqu’il a annoncé un imposant investissement de 100 millions de dollars dans les start-up françaises. Mais, sur scène à San Francisco, face à une audience très peu française, le président de Cisco n’avait aucun intérêt particulier à citer la France. À part pour la donner en exemple parce qu’il est réellement impressionné par sa stratégie numérique. Ou interpeller son propre gouvernement sur la bienveillance parisienne.

 

À l’heure où le préprojet de loi sur le numérique fait débat, où le french bashing est de rigueur en particulier dans le numérique, un peu de baume au cœur pour Axelle Lemaire ? Et pour un écosystème numérique qui peine souvent à jouer les prophètes en son pays. "Tu sais que tu es dans la Silicon Valley quand…" un géant historique local de la high-tech porte aux nues le numérique français, si souvent critiqué sur son propre sol.

Emmanuelle Delsol, à San Francisco

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale